Arrêté hier: la longue nuit de Navin Ramgoolam

Page 3 of 5 Previous  1, 2, 3, 4, 5  Next

View previous topic View next topic Go down

Rentrée politique 2016: redistribution des cartes

Post  Sirop14 on Wed Dec 30, 2015 2:56 pm

Rentrée politique 2016: redistribution des cartes

http://www.lexpress.mu/article/273594/rentree-politique-2016-redistribution-cartes


Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

RÉSEAU GRO DEREK : Colosso avance huit motifs d’appel contre sa peine de neuf ans d e prison

Post  Sirop14 on Thu Dec 31, 2015 1:26 pm


RÉSEAU GRO DEREK : Colosso avance huit motifs d’appel contre sa peine de neuf ans d
e prison
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 30 DÉCEMBRE, 2015 - 19:30

Jimmy Marthe alias Colosso, condamné à neuf ans de prison dans le cadre du démantèlement du Réseau Gro Derek, a fait avis d’appel contre sa condamnation, datée du 10 décembre en Cour intermédiaire pour entente délictueuse. Dans les huit motifs d’appel, il évoque, entre autres, une peine « excessive » et « disproportionnée ».
Le 10 décembre, Colosso, accusé d’entente délictueuse pour importation d’héroïne, a écopé de neuf ans de prison. Concernant ses deux acolytes, Jimmy Alexis, qui répond d’une même accusation, a écopé de huit ans de prison, alors que Désiré Azie, inculpé pour incitation aux délits de drogue, a écopé de cinq ans de prison. Les trois complices avaient été arrêtés dans le cadre du démantèlement d’un réseau de trafic de drogue, dont l’instigateur serait Rudolf Dereck Jean Jacques, alias Gro Derek.
Colosso, qui avait signifié son intention de faire appel, a déposé la semaine dernière huit motifs d’appel pour contester sa peine de neuf ans de prison. Il évoque ainsi un procès « inéquitable » à son égard, soutenant avoir été condamné « à la lumière de la version d’un témoin », qui avait été arrêté pour complicité dans le trafic de drogue et qui a obtenu l’immunité dans cette affaire. Colosso ajoute que, selon lui, les magistrats lui ont infligé une peine « excessive » et « disproportionnée » par rapport à ses deux complices. Il estime égalment qu’avant de rendre son verdict, la Cour a considéré à tort une précédente condamnation de deux ans de prison pour possession de comprimés de Subutex.
Dans cette affaire, les trois complices avaient plaidé non-coupable des faits qui leur étaient reprochés. Toutefois, le lien entre eux et le réseau Gro Derek avait été établi à la lumière des témoignages de Hayeshan Maudarbacus et de Seewoosing Dayal, arrêtés après le démantèlement de ce réseau de drogue, et qui ont fait office de témoins à charge lors du procès après avoir obtenu l’immunité du bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP). Les deux témoins avaient relaté la relation des trois hommes avec le dénommé Gro Derek.
Hayeshan Maudarbacus, ancien steward du Trochetia, avait expliqué avoir transporté la drogue pour Jimmy Marthe et Jimmy Alexis en juin 2012. Ces derniers ont été inculpés pour avoir comploté avec Hayeshan Maudarbacus en juin 2012 pour importer 2 kg d’héroïne de Madagascar. Appelé à la barre lors du procès, Colosso a clamé son innocence dans cette affaire, soutenant qu’il ne connaît pas Hayeshan Maudarbacus.
Jimmy Marthe est défendu par Me Rex Stephen et l’avoué Gautam Ramdoyal. D’autre part, Désiré Azie, condamné à cinq ans de prison dans cette affaire, a lui aussi donné avis d’appel, jugeant aussi que la peine qui lui a été infligée est « excessive ».

http://www.lemauricien.com/article/reseau-gro-derek-colosso-avance-huit-motifs-d-appel-contre-sa-peine-neuf-ans-prison

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Parmi les grands procès attendus cette année, l’on compte celui du DPP, de Navin Ramgoolam ou encore des soeurs Rawat.

Post  Sirop14 on Mon Jan 04, 2016 12:24 pm



Parmi les grands procès attendus cette année, l’on compte celui du DPP, de Navin Ramgoolam ou encore des soeurs Rawat.

Une année écoulée avec arrestations et comparutions de personnalités fortement médiatisées. 2016, Navin Ramgoolam, les filles Rawat ou encore le Directeur des poursuites publiques pour l’affaire Sun Tan, devront à nouveau se présenter en cour. Zoom sur quelques procès à venir…

Judicial Review demandée par le frère de Dawood Rawat
Il veut une révision judiciaire suivant la révocation de la licence de la Bramer Banking Corporation Limited. Cela, dans le sillage de l’affaire BAI. Abdul Cader Ajum Rawat, frère de Dawood Rawat, sera entendu en cour commerciale le 22 janvier. Son action est dirigée contre les deux partenaires de PriceWaterCoopers, André Bonieux, et Mushtaq Oosman et l’ex-Bramer Banking Corporation Limited.

Laina Rawat vs l’ex-Bramer Banking Corporation
La fille de Dawood Rawat, Laina Rawat Burns, conteste également la révocation de la licence de la Bramer Banking Corporation. Elle avait fait une plainte en Cour suprême en ce sens. L’affaire sera entendue devant la juge Rehana-Mungly Gulbul le 10 février.

Betamax : Ramgoolam et Bachoo pour l’extension de leur liberté sous caution
Navin Ramgoolam fait l’objet de plusieurs accusations provisoires, soit trafic d’influence et entente délictueuse dans l’affaire Betamax. Il devra de nouveau comparaître devant le tribunal de Port-Louis le 14 janvier en vue de demander l’extension de sa remise en liberté provisoire.

Idem pour l’ex-vice-Premier ministre Anil Bachoo, qui comparaîtra devant la même instance judiciaire. L’ancien ministre du Transport et des Infrastructures publiques fait l’objet de deux charges provisoires: entente délictueuse et trafic d’influence dans le cadre de l’enquête sur l’octroi du contrat pour le transport du carburant à la compagnie Betamax.

Arrêté également dans le sillage de l’enquête sur l’affaire Roches-Noires sous une accusation provisoire d’entente délictueuse, Navin Ramgoolam devra comparaître devant la cour de district de Mapou. C’est le 22 mars qu’il devra présenter une motion pour étendre sa libération provisoire. Cette affaire remonte à juillet 2011 où un vol a été perpétré au bungalow de l’ex-Premier-ministre à Roches-Noires.

Puis, Navin Ramgoolam devra se présenter en cour de Curepipe le 12 avril. Cette fois, dans le cadre de quatre charges provisoires de blanchiment d’argent après que Rs 220 millions ont été retrouvées chez lui dans un coffre à Riverwalk.

Saisie de leur voiture : les soeurs Rawat et leurs époux en cour
Le 26 janvier marquera la présence des soeurs Rawat, Adeela Rawat-Feistritzer et Laina Rawat Burns de même que leurs époux Brian Burns et Claudio Feistritzer devant la Cour suprême. Leurs comptes avaient été gelés et leurs propriétés saisies dans le cadre de l’affaire BAI. La cour devra se prononcer pour qu’ils puissent prendre possession de deux voitures saisies et jouir de leur propriété à Mont-Songes.

DPP-ICAC : la guerre des affidavits reprend
Le bras de fer opposant l’Independent Commission against Corruption (ICAC), la police et le Directeur des poursuites publiques (DPP), Me Satyajit Boolell, se poursuit dans le sillage de l’enquête sur l’affaire Sun Tan. Le DPP qui conteste toute arrestation et enquête sur sa personne riposte par voie d’affidavit le 15 janvier. Après celui déposé par l’ICAC demandant que la police se saisisse du dossier Sun Tan. Autre affaire devant la Cour suprême impliquant le DPP : celle l’opposant à l’Attorney General. Me Satyajit Boolell conteste le fait que son bureau soit placé sous la tutelle de ce dernier. Une date sera fixée le 19 janvier pour que l’affaire soit prise sur le fond.

Outrage à un haut gradé de la police : Bundhoo et Faugoo au tribunal de Mapou
Deux anciens ministres, Lormus Bundhoo et Satish Faugoo répondent d’une accusation d’outrage à un haut gradé de la police dans l’exercice de ses fonctions. Ils avaient plaidé non-coupables et devront à nouveau se présenter au tribunal de Mapou le 11 avril. Le surintendant de police, Aftar Hussein Michanut, les accuse de l’avoir malmené le 9 décembre 2014 après un défilé de l’ancienne alliance PTr-MMM à Goodlands.

Le beau-père de Stacey Henrisson aux Assises
Jayraj Sookur, beau-père de Stacey Henrisson, soupçonné du meurtre de celle-ci, sera traduit aux Assises du 12 janvier au 5 février. Son chauffeur Tany Ramdassen, déjà condamné dans le cadre de cette affaire, sera appelé à titre de témoin.

Drogue : la reine de Plaine-Verte en Cour
Le procès intenté à la reine de Plaine-Verte, Naserah Bibi Vavra, sera appelé devant la cour intermédiaire, le 11 février. Elle fait face à dix accusations provisoires de blanchiment d’argent. Elle est soupçonnée d’être impliquée dans un trafic de drogue de Rs 180 millions.

Boskalis : témoignages des Néerlandais
L’affaire Boskalis qui traîne depuis plus de deux ans en cour intermédiaire reprend les 18 et 19 janvier avec les témoignages des Néerlandais, Jan Cornelis Haak et Antonius Theodorus de Goëde. Le procès intenté aux deux anciens cadres de la Mauritius Ports Authority, Siddick Chady et Prakash Maunthrooa, a, lui, été suspendu suivant un point de droit soulevé par la défense. Celle-ci conteste l’admissibilité des informations reçues par les témoins néerlandais. Une décision est attendue par la magistrate le 14 janvier.

Sada Curpen sur le banc des accusés
Sada Curpen et ses deux acolytes devront donner leur version des faits dans l’affaire Denis Fine. Ce dernier avait été retrouvé une balle dans la tête à Pamplemousses. Le procès reprend le 15 janvier.

Medpoint : l’appel de Pravind Jugnauth
Pravind Jugnauth, reconnu coupable pour conflit d’intérêts et condamné à un an de prison dans l’affaire MedPoint, avait interjeté l’appel. Il comparaîtra devant la Cour suprême pour les débats les 12 et 13 janvier.

Autre affaire impliquant Pravind Jugnauth : son procès contre l’État et l’assistant commissaire de police, Pregassen Vuddamalay. Il réclame des dommages de Rs 100 millions aux deux parties car il estime que son arrestation dans le cadre de pédophilie alléguée au Mauritius Institute of Training and Development le 26 décembre 2012 est arbitraire. Le procès sera appelé devant la Deputy Master and Registrar, Me Shameem Hamuth-Laulloo, le 19 janvier.

Meurtre de Lee-Ann Palmarozza : un milliardaire aux Assises
Le procès intenté au milliardaire sud-africain, Peter Wayne Roberts, sera pris sur le fond le 14 mars aux Assises. Le suspect avait été arrêté pour le meurtre de sa petite-amie Lee-Ann Palmarozza, repêchée dans la piscine d’une villa de luxe en 2014. Les douze présumés pirates somaliens, arrêtés par des soldats américains en pleine mer, à 392 milles nautiques du nord-est de Mogadiscio, en Somalie, devront de nouveau comparaître devant la cour intermédiaire où une date sera fixée le 20 janvier pour réécouter l’affaire.

http://www.lexpress.mu/article/273781/attendus-en-cour-ex-ministres-soeurs-rawat-dpp

PERSPECTIVES POUR 2016 : Les héritiers politiques logés à la même enseigne !

Rendez-vous crucial pour Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam avec leur avenir de leaders politiques et le judiciaire en position d'arbitre

http://www.lemauricien.com/article/perspectives-2016-les-heritiers-politiques-loges-la-meme-enseigne

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

CONFIRMATION DU MEGA-PONZI SCHEME : Le rapport nTan démolit le système Rawat

Post  Sirop14 on Mon Jan 04, 2016 12:27 pm

CONFIRMATION DU MEGA-PONZI SCHEME : Le rapport nTan démolit le système Rawat

L'Indictment des Forensic Auditors de Singapour confirme : au 31 décembre 2013, le groupe BAI avait essuyé des pertes de Rs 14,7 milliards et « Insolvent » au terme du bilan maquillé
ARTICLE | 3 JANUARY, 2016 - 13:08

De 2007 à 2014, la BAI avait pompé Rs 45 milliards de ses clients et la Bramer Property Fund : Rs 5 milliards pour entretenir la « public illusion » sur une fausse « aura of profitability »
A décembre 2014, Rs 13 milliards détournées sous forme d'avances, de Bonds, de Debentures et autres Preference Shares injectées dans les Related Entities
Des cas spécifiques de virements illicites de fonds de Rs 1 milliard en faveur du Chairman Emeritus de BAI et des proches de Dawood Rawat
Au terme de neuf mois de Forensic Auditing pour le compte de la Banque de Maurice, la nTan Corporate Advisory Pte Ltd de Singapour devra soumettre un Indictment sans équivoque au sujet de la fraude massive et du BAI Ponzi Scheme avec un préjudice évalué à Rs 25 milliards. Les conclusions de cette enquête contre le clan mené par le Chairman Emeritus de BAI, Dawood Rawat, devront être soumises officiellement au gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi, au plus tard à la fin de ce mois. A partir de là, conformément à l'engagement pris, la Banque centrale devra se lancer dans une course contre la montre pour rendre publique une Redacted Version de ce volumineux document au sujet de l'un des plus importants cas de fraude dans le monde des affaires, y compris le secteur bancaire, avec des risques de mettre en péril les services financiers. Entre-temps, les recoupements d'informations effectués par Week-End auprès de sources concordantes indiquent que les éléments compilés au fil des mois sur les dessous de ce qui a été présenté comme une opération de Daylight Robbery avec un paravent de Profits With Integrity sont encore plus accablants, Documentary Evidence à l'appui. Les conclusions de l'enquête de nTan Corporate Advisory Pte Ltd devront servir de base pour contester les réclamations de Rs 35 milliards de Dawood Rawat devant le Tribunal arbitral en voie d'être constitué.
Au cours des derniers jours de 2015, Week-End a obtenu confirmation officielle que l'équipe de Forensic Auditors de Singapour, dirigée par le tandem Nicky Tan Ng Kuang et Michael Martin, a déjà conclu l'enquête. Le mandat de nTan Corporate Advisory Pte Ltd était "to establish the facts behind the complex financial transactions carried out by the BAI Co (Mtius) Ltd and its related parties, affiliates, shareholders and directors, within Bramer Banking Corporation Ltd (In Receivership) and other financial institutions". Dans des milieux autorisés, l'on avance que la Banque de Maurice serait déjà en possession d'une version des Findings incriminant de Dawood Rawat, décoré de la Légion d'honneur par la France, et ses plus proches collaborateurs de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities.
Les premiers éléments d'informations sur la teneur de ce document portent sur ce qui est connu dans le monde de la comptabilité et de l'audit comme étant des "questionable financial practices" en vigueur au sein de BA Insurance, de la Bramer Banking Corporatin Limited et de Bramer Property Fund. Ces trois entités du groupe Rawat sont présentées par nTan Corporate Advsiory Pte Ltd comme étant des plate-formes par excellence pour des montages financiers, notamment avec des fonds souscrits par le public, leurré par des produits financiers toxiques, pour dire le moins.
L'enquête des Singapouriens est axée sur ces trois sociétés du groupe BAI avec des chapitres exclusifs consacrés au Modus Operandi du groupe BAI, de BA Insurance, de Bramer Bank et de Bramer Propety Fund et également au Chairman Emeritus, qui se trouve en France depuis bientôt un an. Le rapport devra également comporter une introduction sur le groupe BAI, présent dans des domaines économiques aussi divers que les assurances, la banque, les services financiers, la santé et les médias à travers Media-Matrix Ltd.
Le chapitre du rapport de nTan Corporate Advisory Pte Ltd sur les responsabilités et le rôle de Dawood Rawat se concentre sur les fonds détournés et versés dans ses comptes à Maurice. Mention est faite de "specific instances" avec des fonds de plus de Rs 1 milliard virés en faveur du Chairman Emeritus et de ses proches avec des allusions sur des bénéfices indirects découlant des transferts des Rs 17,3 milliards dans des Related Entities au fil des années.
Les Forensic Auditors de Singapour se sont permis un ton de perfidie quand ils ont commenté le motto du groupe Rawat, aujourd'hui en décadence, notamment "Profits with Integrity". S'appuyant sur la performance de ce conglomérat mauricien, le rapport aurait affirmé que "the only word profits was not true". A partir de là, les consultants étrangers font la démonstration de la fraude en apportant des preuves confirmant que le groupe Rawat n'a fait que surfer sur un Mega Ponzi Scheme sur le point d'éclater à tout moment au cours de ces dernières années.
L'un des premiers points retenus par les auditeurs de Singapour est qu'au cours des quatre dernières années jusqu'au 31 décembre 2013, le groupe BAI avait essuyé des pertes de Rs 14,7 milliards, comme suit :
2010 : pertes de Rs 3,3 milliards
2011 : pertes de Rs 4,6 milliards
2012 : pertes de Rs 3,7 milliards
2013 : pertes de Rs 3,1 milliards.
De plain-pied dans le Ponzi Scheme
Tout comptable ou homme d'affaires, digne de ce nom, s'accorderait à soutenir que toute compagnie aussi well capitalised qu'elle soit peut difficilement soutenir de tels bilans financiers négatifs sur une telle période de temps. Ce sera plus qu'une évidence si le rapport de nTan Corporate Advisory Pte Ltd accrédite la conclusion que le groupe BAI était déjà en faillite dès décembre 2013 sur la base de ses bilans financiers maquillés avec des Fair Value Adjustments des avoirs décidés à tour de bras par la bande à Swadeck Taher et autres Seemadree Rajanah, les principaux lieutenants de Dawood Rawat.
Même si la banqueroute du groupe BAI dès décembre 2009 est contestée par Dawood Rawat avec un procès en réclamations contre le groupe Le Mauricien Ltée devant le Tribunal de Grande Instance de Paris, le rapport des Singapouriens corrobore cette thèse en faisant état de la Round Tripping Transaction de Rs 3,6 milliards en date du 31 décembre 2009. Les différentes étapes de cet exercice de Window-Dressing et de Reverse Window-Dressing pour le compte du groupe BAI avec la complicité alléguée de la direction de la filiale mauricienne de la Banque des Mascareignes peu avant 16 heures ce même 31 décembre 2009 sont commentées. Avec les détails retenus dans le rapport, les responsables de la firme d'auditeurs de KPMG, ou encore l'ancienne directrice générale de la Banque des Mascareignes, la Réunionnaise Nelly Jirari, sous caution, auront à livrer une Uphill Fight pour prendre leur distance de toute complicité dans cette étape cruciale du plus grand scandale financier ayant secoué le pays.
Abordant le volet du Scheme élaboré par le groupe BAI pour se donner un air de robustesse financières, notamment une fausse "aura of profitability", l'enquête des Singapouriens entre de plain-pied dans le Ponzi Scheme avec la BA Insurance et surtout le Super Cash Back Gold (SCBG) et la Bramer Property Fund en première ligne. A ces deux entités furent confiées la mission de vendre des soi-disant "safe investment products with high fixed rate of return" pour tenter de combler les pertes. Ce développement spécifique fait partie de la Transformation Strategy du groupe BAI, présentée par le Chief Operating Officer en juin 2010 faisant état que "there is an urgent need to continue raising new and fresh funds" en vue de faire face aux difficultés de trésorerie du groupe, confirmant la période 2009/2010 comme étant le début de la fin de l'empire Rawat.
Ainsi, les livres de comptes du groupe BAI attestent le fait que de 2007 à 2014, la BAI Insurance avait levé des fonds du public de l'ordre de Rs 45 milliards et la Bramer Property Fund Ltd de Rs 5 milliards par le truchement de polices d'assurance, de Preference Shares avec des "attractive rates of returns and fixed return" plus élevés que celui offert par les banques. Ainsi, pour camoufler l'attrape-nigaud tendu, la Bramer Property Fund Ltd proposait des rendements sur des placements variant entre 8,5% à 20% annuellement, avec en prime l'exemption à l'Income Tax contrairement aux intérêts perçus sur des dépôts bancaires avec la loi Sithanen.
"The vicious cycles"
Il va sans dire que ces Rs 50 milliards pompées du circuit par la BA Insurance et la Bramer Porperty Fund Ltd devront être remboursées aux échéances convenues. Mais l'équation est que le groupe BAI n'est jamais parvenu à générer des fonds nécessaires à partir des investissements engagés pour honorer ces promesses de "lucrative return" aux clients "misled", d'autant plus que Rs 17,7 milliards ont été détournées dans des Related Entities, comme Iframac, Courts, Apollo-Bramwell et autres Media-Matrix Ltd avec sévère avertissement que "the recoverability of these investments in doubt". De 2007 à 2014, un montant global de Rs 13 milliards, dont Rs 11 milliards de BA Insurance, fut injecté en tant que Debt/Equity Investments dans des Related Companies sous forme de Bonds, Debentures Preference Shares et Real Estate Properties et autres Half-Baked et Done Deals.
Et à nTan Corporate Advisory Pte Ltd de mettre en exergue "the vicious cycles", en particulier le Ponzi de Dawood Rawat, visant à lever de nouveaux fonds auprès du grand public pour effectuer le remboursement des anciens clients et colmater les brèches causées par les investissements à fonds perdus dans d'autres entités du groupe. "Ces Vicious Cycles auront continué jusqu'à l'écoulement du conglomérat sous le poids des engagements non tenus et qui se multipliaient. This must have been known to BAI and Bramer Property Fund Ltd", notent des spécialistes en la matière.
De leur côté, les consultants de Singapour iront jusqu'à conclure que cette opération dégagée et exécutée par le groupe Rawat avec des taux de rendement extrêmement rémunérateurs sur des placements pour collecter un maximum de fonds avait un objectif précis : créer "the public illusion that the insurance and investment products were financially sound and attractive".
Tout un chapitre est consacré aux pratiques de Creative Accounting prévalant au sein du groupe BAI avec notamment du Paper Income de Rs 16 milliards pour la période de 2007 à 2014 dans les comptes de BA Insurance et du Bramer Property Fund Ltd suite à des ajustements de Fair Value et des Uncollected Accrued Interest Income and Dividend.
La publication prochaine de la version purgée du rapport de nTan Corporate Advisory Pte Ltd ramènera à une réalité que "while BAI group was presented as a asuccessful conglomerate BAI had been incurring massve losses" depuis des années et que le trou financier avec les effets conjugués du Super Cash Back Gold, des Doubtful Accounting et des détournements financiers par milliards était devenus "too big to be bridged", mais nullement "too big to fail" comme on le dit dans le jargon des affaires…

http://www.lemauricien.com/article/confirmation-du-mega-ponzi-scheme-rapport-ntan-demolit-systeme-rawat

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

BAI : Carton rouge de nTan contre KPMG

Post  Sirop14 on Tue Jan 05, 2016 1:33 pm

BAI : Carton rouge de nTan contre KPMG

Le rapport préliminaire à la BoM : « KPMG (auditeur de BA Insurance depuis 2004) had highlighted a number of significant risks et n’a à aucun moment rapporté les lacunes à la FSC »

http://www.lemauricien.com/article/bai-carton-rouge-ntan-contre-kpmg

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

EMPIRE RAWAT— BAI : intérêt du CCID pour le nTan Report

Post  Sirop14 on Fri Jan 08, 2016 9:53 pm

EMPIRE RAWAT— BAI : intérêt du CCID pour le nTan Report

La Banque de Maurice approchée officiellement en ce début d’année en vue de verser une copie du rapport des Forensic Auditors de Singapour dans le dossier à charge du BAI Ponzi Scheme
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 7 JANUARY, 2016 - 17:15

Neuf mois après l’écroulement de l’empire Rawat, évalué dans le rapport nTan Corporate Advisory Pte Ltd à Rs 33,6 milliards, la Banque de Maurice, institution qui avait tout déclenché avec la révocation de la Banking Licence de Bramer, sera propulsée au premier plan. Ainsi, le Central CID, sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi, compte passer à l’offensive pour réclamer du gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi, une copie du rapport des Forensic Auditors singapouriens sur la fraude du BAI Mega Ponzi Scheme de Rs 25 milliards.La demande pourrait être transmise dès aujourd’hui. Entre-temps, le chapitre IV du rapport préliminaire, soumis à la Banque de Maurice depuis la fin de l’année dernière, est axé sur les transactions frauduleuses opérées au nom de la Bramer Property Fund, une des trois entités phares du groupe dirigé par le Chairman Emeritus de BAI, Dawood Rawat. Le fonds de roulement de la fraude est de Rs 5,4 milliards, soit dix fois moins quand les Rs 50 milliards de BA Insurance mais avec le même business model of questionable accounting practices and transactions et le clan Dawood Rawat s’appropriant de manière illicite la moitié des placements des clients, soit Rs 2,8 milliards.
Des recoupements d’informations effectués auprès des sources concordantes indiquent que la direction générale du Central CID s’apprête à approcher officiellement la Banque de Maurice en vue d’obtenir une copie du rapport préliminaire de 82 pages des Findings du rapport du nTan Corporate Advisory Pte Ltd en ce début d’année pour confirmer le calendrier de convocations pour interrogatoire Under Warning des Top Guns de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, dont Swadeck Muhammad Taher et Asraf Muhmmad Esmael, sans oublier l’ancien Managing Partner de KPMG (Mtius), Jean-Claude Liong.

http://www.lemauricien.com/article/empire-rawat-bai-interet-du-ccid-ntan-report

BAI : Qui de Taher ou de Liong pour la reprise ?

Ehsan Mohamud Swadeck Taher, l’ex-bras droit de Dawood Rawat, devra être entendu Under Caution dans le volet de la transaction de Rs 3,6 milliards avec la Banque des Mascareignes
http://www.lemauricien.com/article/bai-qui-taher-ou-liong-la-reprise


“CONSULTATION PAPER” SUR UNE “ASSET MANAGEMENT COMPANY” - BASANT ROI : « Un système gagnant-gagnant pour les banques et les emprunteurs »
http://www.lemauricien.com/article/consultation-paper-sur-asset-management-company-basant-roi-systeme-gagnant-gagnant-les-banqu

Facebook Comment -
Actually good people we had come on Facebook to comment on the - " La Banque de Maurice approchée officiellement en ce début d’année en vue de verser une copie du rapport des Forensic Auditors de Singapour dans le dossier à charge du BAI Ponzi Scheme" - This is supposed to be one of Asia Leading Forensic Accounting/reporting specialist note the word Forensic - what discipline this require - That SIROP program our EU Community portal was/were massively involved that Mr Rawat started his conglomerate and the many instance he has had to use rely on special topics and thematic and imput to get a or given set of appropriate synergy to implant his respective plans and the group - this highly specialize Forensic Specialist do as if that SIROP program never existed/never involved this. The bloody patter across the world and the super mess we are/find our selves in today. Just like the thematic of Prince Geoffrey the mega scandal we were involved and yet the report/those who reported. There is the talk of setting up a new entity in Mauritius to manage the highly Toxic loans - we have been addressing how that SEYEU Portal is down and the massive negativeness on China Market and Mauritius is an ant compared - this situation is causing those in Mauritius to look for solution faced with a grave situation - we had had addressed we had come to the Franco Mauritius and Creole to help set that project and those in Canada and Australia - the wise path would be to put some order in that project with your help and let positive issues flow not highly negative dynamics/synergy.

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

IMPORTATION DE 12 KG D’HÉROÏNE : Début du procès de Gro Derek et Bruno Casimir le 2 mars

Post  Sirop14 on Mon Jan 11, 2016 9:02 pm

IMPORTATION DE 12 KG D’HÉROÏNE : Début du procès de Gro Derek et Bruno Casimir le 2 mars

ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 11 JANUARY, 2016 - 17:00

Le procès intenté à Derek Rudolf Jean Jacques, alias Gro Derek, et Bruno Wesley Casimir pour importation d’héroïne n’a pas encore été pris sur le fond. Gro Derek, qui faisait le va-et-vient devant la Cour d’assises afin d’obtenir un avocat, sera défendu par Me Bhanji-Soni, commis d’office. Derek Jean Jacques est poursuivi sous deux chefs d’accusation de trafic de drogue. Il est accusé d’avoir, en janvier 2012, à Baie-du-Tombeau, remis de l’héroïne à Seewoosing Dayal, un chauffeur de taxi, lequel bénéficie de l’immunité dans cette affaire. La drogue, dont la valeur marchande est estimée à plus d’un million de roupies, avait été répartie dans des bouteilles en plastique. Sous l’autre charge, le DPP reproche à Gro Derek d’avoir, une autre fois, remis de l’héroïne à Seewoosing Dayal. La transaction aurait eu lieu en juin 2012 à Baie-du-Tombeau. Cette fois-ci, la drogue était répartie dans huit bouteilles en plastique et la valeur excédait le million de roupies. Seewoosing Dayal avait été arrêté en juillet 2012 dans un bungalow à Pereybère avec sept kilos d’héroïne. Il avait collaboré avec les limiers de l’Anti Drug & Smuggling Unit (ADSU) et a aidé au démantèlement d’un réseau de drogue, ayant débouché sur une série d’arrestations. Rappelons, dans cette affaire, la condamnation de Louis Jimmy Marthe (Colosso), Jimmy Alexis et Désiré Azie, inculpés pour entente délictueuse. Colosso a écopé de neuf ans de prison, alors que ses acolytes Jimmy Alexis et Désiré Azie ont écopé de respectivement huit et cinq ans de prison. L’imam Moussa Beeharry, arrêté lui aussi pour ses liens avec ce réseau de drogue, a écopé de cinq ans de prison et d’une amende de Rs 400 000 sous huit charges de blanchiment d’argent en 2014.
Bruno Wesley Casimir, un skipper, est également poursuivi devant la Cour d’assises sous deux chefs d’accusation. Il est accusé d’avoir transporté les bouteilles contenant la drogue que Gro Derek aurait remises à Seewoosing Dayal, à bord de son bateau. Casimir est représenté par Me Chetan Baboolall. Lors de l’appel de l’affaire ce matin, le juge Benjamin Marie-Joseph a fixé le procès du 2 au 11 mars.

http://www.lemauricien.com/article/importation-12-kg-d-heroine-debut-du-proces-gro-derek-et-bruno-casimir-2-mars

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

EMPIRE RAWAT—BAI: Taher devance Liong (KPMG) au CCID

Post  Sirop14 on Thu Jan 14, 2016 3:46 pm

EMPIRE RAWAT—BAI: Taher devance Liong (KPMG) au CCID

Eshan Muhammud Swadeck Taher, considéré avec Dawood Ajum Rawat comme le co-architecte présumé des fraudes massives de Rs 25 milliards, sous la menace d’une première inculpation

http://www.lemauricien.com/article/empire-rawat-bai-taher-devance-liong-kpmg-au-ccid

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

MAUBANK : Rs 2 milliards additionnelles injectées, annonce Lutchmeenaraidoo

Post  Sirop14 on Tue Jan 26, 2016 6:09 pm

MAUBANK : Rs 2 milliards additionnelles injectées, annonce Lutchmeenaraidoo

Le ministre des Finances et du Développement économique Vishnu Lutchmeenaraidoo a annoncé l'injection additionnelle de Rs 2 milliards à la MauBank, issue d'une fusion entre l'ex-Bramer Bank et la Mauritius Post and Cooperative Bank (MPCB), qui était en faillite, pour lui permettre d'opérer. Annonce faite ce matin lors de son intervention à la Custom House, à Mer-Rouge, dans le cadre de la Journée internationale des Douanes, en présence, entre autres, du ministre de l'Industrie, du Commerce et de la Protection des consommateurs, Ashit Kumar Gungah, et du directeur général de la Mauritius Revenue Authority (MRA), Sudhamo Lall.
Le ministre des Finances a d'emblée félicité le directeur général de la MRA pour la modernisation du service des douanes locales et s'est longuement appesanti sur la détresse financière dans certains secteurs où le gouvernement a eu à intervenir promptement en y injectant de l'argent. « C'est une des rares fois où j'ai l'occasion de prendre la parole pour dire des choses agréables. J'ai passé la dernière année à jouer le rôle de pompier, à éteindre le feu. Le dernier feu que j'ai éteint, il y a à peine deux semaines, c'est la poste nationale. La Mauritius Post a fait faillite. Les postiers allaient se retrouver au chômage et j'ai dû immédiatement injecter Rs 510 millions pour permettre aux postiers de continuer à travailler. Il y a deux jours, une des firmes de leasing était au bord de la faillite. Elle a épuisé Rs 700 millions de roupies contractées auprès du Restructuring Working Group, ce qui implique une perte directe de Rs 700 millions pour le gouvernement », affirme le ministre Lutchmeenaraidoo.

http://www.lemauricien.com/article/maubank-rs-2-milliards-additionnelles-injectees-annonce-lutchmeenaraidoo

Lutchmeenaraidoo: «Je parle de moins en moins de miracle économique…»

http://www.lexpress.mu/article/274766/lutchmeenaraidoo-je-parle-moins-en-moins-miracle-economique

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Publication du rapport final- Ramesh Basant Roi: “Reading the nTan Report freezes the soul”Accéder au e-paper

Post  Sirop14 on Thu Jan 28, 2016 8:58 pm

Publication du rapport final- Ramesh Basant Roi: “Reading the nTan Report freezes the soul”Accéder au e-paper

Par Nad Sivaramen


Ramesh Basant Roi rendra publique une partie du rapport de nTAn sur le groupe BAI demain après-midi.
Ramesh Basant Roi rendra publique une partie du rapport de nTAn sur le groupe BAI demain après-midi.

BDO et KPMG montrées du doigt
Le rapport final de nTan confirme aussi que la Bramer avait déjà beaucoup emprunté de la Banque centrale au moment où l’augmentation de capital demandé ne se conclut pas, que de nouveaux emprunts sont sollicités et qu’une autre Banque centrale est, au même moment, sollicitée pour parquer USD 200 millions pour trois individus associés à des compagnies soeurs de la Bramer. Des taux élevés de prêts non performants, associés à de dangereuses saignées de liquidités, parachèvent la toile de fond ayant mené à la décision de ne pas attendre plus longtemps. La licence bancaire est donc enlevée en avril 2015.

Dans cette interview, le gouverneur de la Banque centrale justifie aussi le fait que le rapport nTan sur la BAI soit publié, même en version réduite, alors qu’il n’avait pas publié, en 2005, le rapport sur l’affaire MCB-NPF ; explique pourquoi la Banque centrale a choisi cette firme singapourienne plutôt que des talents locaux ; et affirme que, sur la fin, la BAI était, en effet, au beau milieu d’un Ponzi Scheme avec son lot de réévaluations d’actifs systématiques pour «équilibrer» les comptes alors que le cash-flow ne cessait d’être de plus en plus dans le rouge.

http://www.lexpress.mu/article/274862/publication-rapport-final-ramesh-basant-roi-reading-ntan-report-freezes-soul

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

NATIONS UNIES - AFRIQUE AUSTRALE ET OCÉAN INDIEN : Maurice intéressée à accueillir le bureau politique

Post  Sirop14 on Thu Jan 28, 2016 9:03 pm

NATIONS UNIES - AFRIQUE AUSTRALE ET OCÉAN INDIEN : Maurice intéressée à accueillir le bureau politique

La question évoquée lors d'une rencontre entre l'assistant secrétaire des Nations unies, Tayé-Brook Zerihoun, et le ministre des Affaires étrangères Etienne Sinatambou

http://www.lemauricien.com/article/nations-unies-afrique-australe-et-ocean-indien-maurice-interessee-accueillir-bureau-politiqu

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

CONFIRMATION DE N'TAN CORPORATE : BAI and BPF operating Ponzi-Like Schemes

Post  Sirop14 on Fri Jan 29, 2016 7:10 pm

CONFIRMATION DE N'TAN CORPORATE : BAI and BPF operating Ponzi-Like Schemes

Les Forensic Auditors : « The illusion of profitability led the public into thinking that these companies (of BAI Group) were sustainable and financially strong […], thereby repeating the vicious cycle and perpertuating the Schemes of BA Insurance and Bramer Property Fund »

http://www.lemauricien.com/article/confirmation-ntan-corporate-bai-and-bpf-operating-ponzi-schemes

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

L’ÉCROULEMENT DE EMPIRE BAI (300 JOURS APRÈS) : L’extradition de Dawood Rawat envisagée

Post  Sirop14 on Mon Feb 01, 2016 11:51 pm

L’ÉCROULEMENT DE EMPIRE BAI (300 JOURS APRÈS) : L’extradition de Dawood Rawat envisagée

Une escouade du Central CID à la BoM Tower pour consigner une déposition à charge contre le Chairman Emeritus BAI pour soutenir cette demande de rapatriement pour fraude massive

http://www.lemauricien.com/article/l-ecroulement-empire-bai-300-jours-apres-l-extradition-dawood-rawat-envisagee

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Rapport nTan: Rawat n’écarte pas des poursuites «contre des experts qui s’écarteraient de la vérité»

Post  Sirop14 on Mon Feb 01, 2016 11:56 pm

Rapport nTan: Rawat n’écarte pas des poursuites «contre des experts qui s’écarteraient de la vérité»

«La République mauricienne démontre à nouveau qu’elle se moque de la vérité et ne procède que par affirmations infondées.» La réaction de Dawood Rawat ne s’est pas fait attendre suite à la publication du rapport nTan, qui met à nu tous les mécanismes utilisés par la BAI.

Dans un communiqué émis, le Chairman Emeritus de la BAI, évoque d’éventuelles poursuites contre «des experts qui s’écarteraient de la vérité». Dawood Rawat précise également que des consultations avec des experts internationaux ont été effectuées et que les premières conclusions de ces derniers sont «radicalement différentes de celles énoncées par nTan».

Interrogé sur ce rapport de 90 pages, le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance indique, lui, que des sanctions ont déjà été prises contre la Financial Services Commission (FSC) depuis avril 2015 concernant l’affaire BAI. «Le travail a déjà commencé», et ce, bien avant le rapport nTan, a déclaré Roshi Bhadain à l’express. «On a bougé très vite, on savait déjà sur la base des travaux analytiques», a-t-il ajouté.

Quid des sanctions appliquées? «Nous avons changé le management au niveau de la FSC. Énormément de procédures ont déjà été enclenchées», a précisé Roshi Bhadain. Et d’ajouter que les mêmes procédures ont été appliquées au Financial Reporting Council.

http://www.lexpress.mu/article/275061/rapport-ntan-rawat-necarte-pas-poursuites-contre-experts-qui-secarteraient-verite

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

RAPPORT NTAN : Rawat initie une contre-expertise

Post  Sirop14 on Wed Feb 03, 2016 10:08 am

RAPPORT NTAN : Rawat initie une contre-expertise

Dawood Ajum Rawat : « (Avec le rapport nTan) le gouvernement démontre à nouveau qu’il se moque de la vérité et ne procède que par affirmations infondées »
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 2 FEBRUARY, 2016 - 21:05

http://www.lemauricien.com/article/rapport-ntan-rawat-initie-contre-expertise

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

BAI : Le choix du président de l’arbitrage début mars

Post  Sirop14 on Tue Feb 09, 2016 8:49 pm

BAI : Le choix du président de l’arbitrage début mars

Une Short List d’au moins huit personnalités juridiques de renommée internationale dressée et faisant l’objet de discussions en vue du démarrage de l’arbitrage de Rs 35 milliards logé par Dawood Ajum Rawat

http://www.lemauricien.com/article/bai-choix-du-president-l-arbitrage-debut-mars

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

OPÉRATIONS « NETWAYAZ »: Les banques sous pression !

Post  Sirop14 on Wed Feb 17, 2016 2:42 pm

OPÉRATIONS « NETWAYAZ »: Les banques sous pression !

Rs 220 M des Navin’s Coffers : des Reminders aux banques pour l’exécution du Judge’s Order sur le relevé complet des Dealings en dollars US depuis 2009
Rs 700 M de dettes de Rakesh Gooljaury : inquiétudes de la MauBank, SBM,...

http://www.lemauricien.com/article/operations-netwayaz-les-banques-sous-pression

BRAMER BANK : Transfert au forceps des avoirs
Consultations entre le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Yacoob Ramtoola, et le Receiver de Bramer, Gérald Lincoln, sur les modalités de cette opération
Menaces de délit de Forgery sur des Disclosure Obligations...

http://www.lemauricien.com/article/bramer-bank-transfert-au-forceps-des-avoirs


PRÊT DE RS 40 M À NAVIN RAMGOOLAM : Hassam Vayid et Yatemani Gujadhur de Bramer Bank blanchis
Dans une affaire où l'ex-Premier ministre Navin Ramgoolam est cité, cette fois-ci pour un prêt de Rs 40 millions qui lui a été accordé pour l'achat...

http://www.lemauricien.com/article/pret-rs-40-m-navin-ramgoolam-hassam-vayid-et-yatemani-gujadhur-bramer-bank-blanchis

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Rapport nTan: congé forcé pour le n° 2 de la MauBank

Post  Sirop14 on Thu Feb 18, 2016 9:15 am

Rapport nTan: congé forcé pour le n° 2 de la MauBank

Les dés sont jetés pour Ashraf Esmaël. Le n° 2 de la MauBank a été prié de prendre un congé forcé par le conseil d’administration. Une décision finale sur le sort de l’ex-Chief Executive Officer (CEO) de la défunte Bramer Bank sera prise dans deux jours, apprend-on de sources autorisées.

Considéré comme un «asset» pour la MauBank dans un premier temps, Ashraf Esmaël est sur un siège éjectable depuis la publication, en janvier, du rapport nTan sur le groupe BAI. Le rapport entachant sa responsabilité morale en tant qu’ex-CEO de la Bramer Bank, la Banque de Maurice estime qu’il n’est pas un «fit and proper person» pour occuper un poste à responsabilité à la MauBank.

Pourtant, à une question de la presse, l’année dernière, le gouverneur de la Banque de Maurice Ramesh Basant Roi et le secrétaire financier Dev Manraj avaient affirmé qu’il ne fallait pas «punir ces personnes». C’était lors de la remise du permis d’opération de la National Commercial Bank. Celle-ci a fusionné avec la MPCB, il y a quatre mois, pour devenir la MauBank.

http://www.lexpress.mu/article/276170/rapport-ntan-conge-force-pour-ndeg-2-maubank

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Congrès-anniversaire du PTr : Ramgoolam diffusera son message sur le web

Post  Sirop14 on Thu Feb 18, 2016 9:20 am

Congrès-anniversaire du PTr : Ramgoolam diffusera son message sur le web

Mobilisation tous azimuts en vue du congrès-anniversaire du Parti travailliste (PTr). Celui-ci se tiendra dimanche à l’auditorium Octave Wiéhé, Réduit, et, déjà, le leader de ce parti, Navin Ramgoolam, prépare son message à l'intention de ses partisans. Celui-ci sera mis sur le site Web du PTr d’ici vendredi.

http://www.lexpress.mu/article/276210/congres-anniversaire-ptr-ramgoolam-diffusera-son-message-sur-web


Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

BRAMER BANK : Bras de fer pour le transfert des avoirs

Post  Sirop14 on Mon Feb 22, 2016 5:21 pm

BRAMER BANK : Bras de fer pour le transfert des avoirs


La Banque de Maurice tente de renverser une décision du Conseil des ministres exigeant le transfert des avoirs de Bramer Bank à la National Property Fund Ltd

http://www.lemauricien.com/article/bramer-bank-bras-fer-transfert-des-avoirs


CONGRÈS ANNIVERSAIRE À L’AUDITORIUM OCTAVE WIEHE : Ramgoolam annonce la présentation prochaine d’un « programme radical »


http://www.lemauricien.com/article/congres-anniversaire-l-auditorium-octave-wiehe-ramgoolam-annonce-la-presentation-prochaine-d


Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

EMPIRE RAWAT—BRAMER: Confrontation entre Receiver et Administrator

Post  Sirop14 on Thu Mar 03, 2016 10:11 am

EMPIRE RAWAT—BRAMER: Confrontation entre Receiver et Administrator

Suite à une demande d’injonction de Gérald Lincoln, la juge Rehana Mungly-Gulbul ordonne le gel des procédures et convoque les parties en Cour suprême
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 2 MARCH, 2016 - 17:40

http://www.lemauricien.com/article/empire-rawat-bramer-confrontation-entre-receiver-et-administrator

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

BRAMER BANK : Les assets de la discorde !

Post  Sirop14 on Mon Mar 07, 2016 2:06 pm

BRAMER BANK : Les assets de la discorde !

Laina Rawat-Burns, détenant 0,003% de l’actionnariat et un solde positif de Rs 12,2 millions à la Bramer Bank (In Receivership), arrache une injonction intérimaire contre le transfert des avoirs de la défunte Bramer Banking Corporation à la National Property Fund Ltd
ARTICLE PARU DANS WEEK-END | 6 MARCH, 2016 - 18:00

Le remboursement de quelque 6 000 clients du Super Cash Back Gold de BAZI et de Bramer Assets Management Ltd, prévu à partir de mardi par la NPFL, remis en question
Le ministre Bhadain : « Dimounes konsernés par la frod de BAI pe rode blok travay pou soulaz sufrans bann viktim »
La responsabilité de la démission de G. Lincoln, Country Manager d’E & Y, en tant que Receiver de la Bramer Banking Corporation Ltd (In Receivership), placée sur le dos de la Banque centrale
La MauBank, avec un trou de Rs 2 milliards sous forme de « Receivables » de la Bramer Bank, principale victime collatérale de tout transfert des avoirs
Le transfert des Assets de la Bramer Banking Corpoartion Ltd (In Receiverhip), évalués à quelque Rs 1,2 milliard, dont Rs 400 millions en liquide, reste au cœur d’une controverse institutionnelle avec des conséquences sur le programme de remboursement de quelque 6 000 victimes du Super Cash Back Gold du défunt groupe BAI et de la Bramer Assets Management Ltd face à la tentative avortée en début de semaine du Receiver de la Bramer Banking Corporation Ltd, Gerald Lincoln, Country Manager d’Ernst & Young, sur les instructions de la Banque de Maurice. Laina Rawat-Burns, la fille cadette du Chairman Emeritus de BAI, Dawood Ajum Rawat, a pris le relais en fin de semaine pour arracher une injonction intérimaire de dernière heure du juge Gérard Angoh siégeant en référé pour bloquer tout transfert des avoirs de cette défunte banque à la National Property Fund Ltd. Intervenant lors d’un point de presse, hier, le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, tout en se disant respectueux de cette décision de la Cour suprême, a révélé que dans l’immédiat tout le programme de remboursement des victimes des Ponzi-Like Schemes est gelé en attendant les débats en Cour suprême. Il a saisi cette occasion pour lancer « un appel à la mobilisation de ces victimes, avec notamment des dépositions individuelles contre la fraude de BAI à la police ». Il a également indiqué que l’intention des autorités à ce jour était de régler le paiement dans son intégralité aux victimes de BAI et d’un seul coup avant le mois de juin prochain alors qu’initialement cet exercice allait se dérouler sur cinq tranches jusqu’à juin 2020.
La nouvelle de Week-End de dimanche dernier au sujet de la prise de contrôle par le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Yacoob Ramtoola, des dossiers de la Bramer Banking Corporation Ltd (In Receivership) et de l’éventuel transfert des Assets de cette même banque, d’une valeur de Rs 1,2 milliard, excluant les Toxic Loans, dont Rs 96,3 millions d’emprunts, de découverts bancaires et des dépenses de cartes de crédit au nom du Chairman Emeritus de BAI, ou encore le prêt de Rs 40 millions accordé en 24 heures à l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, à la fin de 2010 pour faciliter l’acquisition du bungalow de Roches-Noires, a connu des rebondissements sur le plan légal. Là où le Receiver de la Bramer Banking Corporation Ltd (In Receivership), Gerald Lincoln, avec l’armada de la Banque de Maurice, a échoué, Laina Rawat-Burns, qui détient 24 270 actions (Direct Shareholding), soit 0,003%, dans le capital de la même banque, a pu passer.
Depuis vendredi après-midi, le Special Administrator de la BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities est sous le coup d’une injonction contre le transfert des avoirs de la Bramer Banking Corporation Ltd à la National Property Fund Ltd, dont les comptes sont à sec. Cette injonction restera en vigueur jusqu’à jeudi prochain quand le juge Gérard Angoh a convoqué les parties en présence pour prendre connaissance de leurs positions. Le ministre Roshi Bhadain, qui avait à ses côtés l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo, le ministre du Travail et des Relations industrielles, Soudesh Caullychurn, le secrétaire financier et président de la Financial Services Commission, Dev Manraj, de même que Yacoob Ramtoola, a remis en perspective les retombées de ce gel des avoirs de la banque des Rawat.
« Quand le Ponzi du Super Cash Back Gold avait éclaté en avril de l’année dernière, le gouvernement, conscient de la gravité de la situation sur le plan social et économique et surtout les victimes, qui ont été leurrées par les offres de BAI, a pris la décision d’intervenir. L’engagement est de rembourser le capital investi en vue d’alléger la souffrance des clients de BAI. Nous ne pouvions rester insensibles à cette détresse humaine, mais à la condition qu’en aucun cas de figure des fonds publics (tax payers’ money) ne soient engloutis dans cette opération », a déclaré le ministre.
Roshi Bhadain a rappelé les droits et privilèges sauvegardés des 135 000 détenteurs de polices d’assurance de BAI avec la création de la National Insurance Company Ltd, le repaiement de Rs 2,5 milliards aux clients du Super Cash Back Gold ayant investi moins de Rs 500 000, et le remboursement de Rs 500 000 à chacun des autres souscripteurs du Super Cash Back Gold au 30 juin dernier, soit 7 132 clients avec un déboursement de Rs 3,5 milliards. La différence devait être remboursée en cinq tranches annuelles sous forme de Zero-Coupon Debentures avec une première émission au 30 juin prochain.
Se mobiliser pour réclamer des comptes
« Toutefois, chaque jour, nous ne cessons de recevoir des doléances des victimes, qui n’ont pas encore été remboursées, nous expliquant leurs cas de plus en plus difficiles, dont certains sont âgés de plus de 70 ans. Ils nous supplient d’alléger leur fardeau. Depuis décembre de l’année dernière, nous avons constitué des équipes afin d’élaborer différentes options en vue de régler la crise du Super Cash Back Gold dans son intégralité avant le 30 juin. Je n’avais pas fait de déclaration sur cette intention jusqu’ici, car je voulais m’assurer que les solutions envisagées soient viables », a soutenu le ministre en substance. En principe, cette opération nécessitera une cagnotte variant entre Rs 10 milliards et Rs 12 milliards. C’est ce qu’indiquent des spécialistes dans le domaine.
Ainsi, à ce chapitre, la National Insurance Company fait actuellement l’objet d’une offre d’achat venant de la compagnie d’assurance Old Prudential, à Londres comme révélé dans l’édition du Mauricien du vendredi 19 février dernier. Le ministre a ajouté que d’autres compagnies internationales ont également entrepris des exercices de Due Diligence en vue de soumettre des offres. Des sociétés locales (Local Players) ont également été approchées en vue de tâter le pouls pour une prise de participation au sein de la National Insurance Ltd à hauteur de 10 à 15%. Le ministre ne s’est pas aventuré pour confirmer le montant des offres ou l’identité des repreneurs en lice.
D’autre part, la participation de l’ancien groupe BAI au sein de Britam (Kenya) est lorgnée par deux sociétés étrangères avec une première offre de Rs 4,3 milliards et également le droit de préemption des actionnaires de la société de Britam à être exercé avec une offre similaire. La FSC de concert avec le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities devra confirmer la décision officiellement en temps et lieu.
Ensuite, il y a les avoirs de la discorde de Bramer Banking Corporation Ltd, dont Rs 400 millions en liquide, sans compter les Hire Purchase Books de Courts de plus de Rs 1,5 milliard, dont le remboursement est échelonné dans le temps. « Dans le cas de la Bramer Bank, il faut retenir le fait qu’avec la National Commercial Bank et ensuite la MauBank, les dépôts de la quasi-totalité des clients de cette institution bancaire ont été sauvegardés. Leurs comptes, qui ont été transférés, opèrent normalement. Il n’y a qu’une trentaine de comptes bancaires de clients, principalement des membres de la famille Rawat, impliqués de loin ou de près dans les fraudes au sein du groupe BAI, qui sont considérés comme des Toxic Assets. D’ailleurs, ces comptes font l’objet de Freezing Orders de la juge Manna-Jugessur sur une motion du DPP en tant qu’Enforcement Agency sous l’Asset Recovery Act. De par ce Freezing Orders, le Special Adminstrator ne peut accéder à ces comptes et encore moins effectuer des transferts. La seule exception étant le retrait de Rs 100 000 mensuellement en faveur de Laina Rawat-Burns suite à un Variation Order de la Cour suprême. Comment se fait-il que des Assets, qui font l’objet de Freezing Order puissent être à risques ? », se demande le ministre.
« Or, que constatons-nous avec cette démarche pour une injonction contre le transfert des avoirs de la Bramer Bank à la National Property Fund Ltd dont le but est d’alléger la souffrance de quelque 6 000 victimes de la fraude au sein de BAI ? Tout simplement une tentative de tout bloquer avec ceux qui sont d’une manière directe ou indirecte liés ou ayant bénéficié à la fraude de se faire passer pour des victimes. Pa kapav kontinyé kumsa. C’est étonnant que ceux concernés par le remboursement du Super Cash Back Gold sont assis chez eux attendant le remboursement alors que nous nous exposons à tous les coups en première ligne. Nous allons respecter l’ordre de la Cour, mais nous leur demandons de se mobiliser pour réclamer des comptes aux responsables. Je suis disposé à participer à cette mobilisation. Mais ils doivent assumer leurs responsabilités. Ena dimoune pe vine blok travay. Ine ler pou dimoune ki pe sufer koze. Dimounes konsernés par la frod de BAI pe rode blok travay pou soulaz sufrans bann viktim », poursuit-il. L’une des propositions porte sur des dépositions à la police contre les responsables présumés de la fraude.
En conclusion à cette intervention liminaire, Roshi Bhadain s’est appesanti sur la proximité de Dawood Rawat avec l’ancien Premier ministre dans des projets comme celui d’Actis Four « avec la moitié de Rodrigues et la gestion de l’aéroport de Plaine-Corail alloués à Dawood Rawat » ou la transformation de Phoenix-Les-Halles en un principal passage obligé pour le métro-léger, dont le tracé avait été altéré dans le but de favoriser les plans de BAI.
Les conditions d’une démission
De son côté, le Special Administrator, Yacoob Ramtoola, s’est concentré sur les relations entretenues avec Gerald Lincoln, le Receiver démissionnaire. « Dois-je rappeler qu’à sa nomination par la Banque de Maurice, Gerald Lincoln m’avait dit qu’il faut que nous travaillions en bonne intelligence. Et c’est ce que nous avons entrepris pour faire avancer les dossiers. Sans cette entente avec Gerald Lincoln, le deal pour la reprise de Courts aurait capoté et 900 emplois perdus. Le travail a été fait en toute coopération. Puis il y a eu les réclamations conjointes de Rs 200 millions à la Mauritius Union Assurance contre les directeurs de Bramer Bank. Jusqu’à mercredi, nous étions en contacts téléphoniques », fait-il comprendre.
A l’heure des questions, les conditions de la démission de Gerald Lincoln à 23 h 57, mercredi dernier sont revenues au premier plan avec le ministre Bhadain lâchant: « C’est la Banque de Maurice qui a poussé Gerald Lincoln à la démission ». Outre le fait d’être le Receiver de la Bramer Bank, nommé par la Banque de Maurice, le Country Manager d’Ersnt & Young avait été également nommé par la Financial Services Commission « to oversee the actions of the Special Administrator » contre un paiement de Rs 500 000 plus TVA par mois.
Lors des négociations, Ernst & Young avait proposé des tarifs de Rs 600 000 plus TVA pour le premier mois et Rs 600 000 pour chaque mois subséquent et une compensation de Rs 1 million pour toute rupture de l’engagement après le premier mois. Cette proposition ne fut pas retenue par le Board de la FSC lors de la réunion du 4 juillet maintenant les tarifs à Rs 500 000 pour le premier mois avec TVA « with no additional claim ». Ce Special Assignment de Gerald Lincoln à la FSC avec le démantèlement de l’empire Rawat a duré du 25 juin 2015 au début de septembre de l’année dernière.
Des conseils légaux, qui avaient collaboré à la rédaction de l’Insurance Amendment Act, ont été égratignés par le ministre Bhadain, qui dit ne pas comprendre, sur un autre plan, « comment Laina Rawat-Burns a pu avoir accès à l’affidavit de Gerald Lincoln pour être annexé au sien. C’est quasiment du Copy Paste ».
D’autre part, au cas où le Transfer of Assets de la Bramer Banking Corporation Ltd (In Receivership) devient effectif après la bataille légale, la principale victime collatérale ne sera nulle autre que la MauBank Ltd. Comme révélé dans l’édition de Week-End de dimanche dernier, lors du transfert des avoirs de Bramer Bank à la National Commercial Bank, un trou de Rs 2 milliards entre les Assets and Liabilities devait être compensé techniquement par des Receivables de Rs 2 milliards de la Bramer Banking Corporation Ltd (In Receivership). Avec la National Property Fund Ltd mettant le grappin sur ces avoirs, la MauBank ne pourra plus compter sur ces entrées de fonds dans ses livres de comptes et devra rechercher une injection de fonds de l’ordre de Rs 2 milliards pour le respect des Regulatory Limits imposées par la Banque de Mauricve.
C’est ce qui expliquerait en partie les objections de la Banque de Maurice contre le transfert des avoirs de la Bramer Bank en poussant à la sortie le Receiver Gerald Lincoln avec une tentative avortée d’injonction ouvrant la porte à Laina Rawat-Burns.

Laina Rawat : « Le transfert des avoirs est illégal »
Laina Rawat-Burns, actionnaire au sein de la Bramer Bank à hauteur de 0,003% du capital et opérant un compte bancaire avec des dépôts de Rs 13,8 millions contre des emprunts et découverts bancaires de Rs 1,6 million, soit un solde positif de Rs 12,2 millions, est monté en première ligne pour contester le transfert des avoirs bancaires à la National Property Fund Ltd. L’enjeu pour les principaux membres de la famille Rawat est de sauvegarder des dépôts de Rs 36,3 millions. L’autre membre de la famille Rawat, qui opère un dépôt aussi important dans cette défunte banque, est Dawood Ajum Rawat avec Rs 14,1 millions. Par contre, l’ardoise du Chairman Emeritus auprès de cette banque se monte à Rs 110,4 millions sous forme de Loans Overdrafts et dépenses de cartes de crédit, laissant des passifs nets de Rs 96,3 millions, dont le montant à être recouvré par le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Yacoob Ramtoola.
Dans l’affidavit, rédigé par les soins de Me Ayesha Jeewah (avouée), adoptant la même ligne d’attaque en terme d’arguments pour réclamer une injonction contre la démarche du transfert des avoirs de Bramer Bank Corporation Ltd (In Receivership) (BBCL) que dans l’affidavit juré par Ruben Mooneesawlmy au nom de Gerald Lincoln le 29 février, Laina Rawat-Burns note avec force que « such course of action is unlawful and not in the best interest of BBCL ». Elle fait état de ses craintes en ce qui concerne son compte bancaire et ceux de ses proches, avec des dépôts de Rs 36,3 millions, transférés au National Property Fund Ltd.
Laina Rawat-Burns maintient qu’il est urgent qu’elle obtienne “protection of the Court inasmuch, if the Special Administrator is allowed to take possession and control of the assets opf BBCL and unlawful pressure is acted upon any other person as was the case against Paul Gerald Lincoln by the Special Administrator, the said Special Administrator will irremediably transfer same to NPFL, illegally, unlawfully and without a fair and valuable consideration to the detriment of creditors and contributories of BBCL ». Elle poursuit en affirmant que « the Special Administrator of BAI Co (Mtius) Ltd and any of its Related Companies has no right whatsoever over the assets of BBCL and still less the power to transfer the assets of BBCL to NPFL ».
Laina Rawat-Burns confirme qu’elle a obtenu un Variation Order du Freezing Order de la juge Gaytree Jugessur-Manna du 18 avril de l’année dernière en vue de pouvoir bénéficier des retraits mensuels de Rs 100000 pour subvenir à ses besoins, notamment « to allow me to cater for my family, more especially my two minor children L. aged 7 and F. aged 3 respectively. I am currently awaiting my third child. That money is paid to me by a monthly standing order put in place the office of Gerald Lincoln from my account at BBCL ».
Soulignons qu’en début de semaine suite au transfert des dossiers de samedi dernier, le Manager d’Ernst & Young, Ruben Mooneesawmy, avait juré un affidavit, dont copie est annexée à la demande légale de Laina Rawat-Burns, pour réclamer une injonction contre Yacoob Ramtoola.
Mais cette initiative devait avorter avec la démission de Gerald Lincoln en tant que Receiver de BBCL à 23 h 57, mercredi, même si la juge Rehana Mungly-Gulbuil avait initialement émis un ordre intérimaire jusqu’à jeudi prochain.
Affaire à suivre…

http://www.lemauricien.com/article/bramer-bank-les-assets-la-discorde

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

BRAMER BANK ASSETS : La guerre des affidavits

Post  Sirop14 on Mon Mar 14, 2016 11:16 am

BRAMER BANK ASSETS : La guerre des affidavits


Le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd, Yacoob Ramtoola : « Without a bank in the middle of the BAI Group structure, the fraud (Rs 24 milliards selon la BoM) could not have been orchestrated »
http://www.lemauricien.com/article/bramer-bank-assets-la-guerre-des-affidavits

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

EURO LOAN DE 1,1 MILLION : Bras de fer ICAC/SBM

Post  Sirop14 on Mon Mar 14, 2016 4:28 pm

EURO LOAN DE 1,1 MILLION : Bras de fer ICAC/SBM

La State Bank a déjà refusé de remettre à l’ICAC des documents relatifs à des transactions bancaires sous le prétexte que cette institution ne fait pas partie des « Public Bodies » sous la PoCA

http://www.lemauricien.com/article/euro-loan-11-million-bras-fer-icacsbm

GOUVERNEMENT: Lutchmeenaraidoo

ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 14 MARCH, 2016 - 17:35

SAJ confirme Lutchmeenaraidoo quitte les Finances. Le Premier ministre présentera le prochain budget. Lutchmeenaraidoo aux Affaires étrangères et Etienne Sinatambou aux TICs. La MBC passe sous le Premier ministre. Des changements sans surprise.

http://www.lemauricien.com/article/gouvernement-lutchmeenaraidoo

Facebook Comment
We visited Dr Navin Ramgoolam Facebook to see/read his comment at the Mauritius Finance Minister change - nothing, from Sechelles Seychelles to expect nothing - please refer to the above article contents - in our first forum article on BAI explained how using that SIROP program we had helped them Mr Rawat start his Empire and those who had suggested we send him a Bill - we did not and explained why. The Mauritius finance Minister acted as a smart cookie forgetting the many Ministers form Mauritius we have crossed swords and the outcome/fate. Part of rebuilding a Seychelles Indian Ocean new economic prospective is to be in the know what has taken place in Mauritius the past 30 years in the core of their Economy and business building to what it is today. The building blocks involved. Time and time we have stressed in high management those who opt for corrupted benchmark - you may/will get quick success it will not last. The mathematics of the disciplines just will not add up. Once again the good minister had been extracting important information from our SIROP portal and rebuilding them in Mauritius economic development portfolio - not everybody must be blind in that Mauritius. The good question how will the former President and current PM of Mauritius progress. We have a big bone to pick with him - how the Secretariat of the COI helped to build the prestige and aspect of core economic values in Mauritius and he never gave credit and when the seat of the RIM Association was made official in Mauritius he adopted the same approach. So to say we the great Mauritius did it all alone - "guano" - they were collective workings.

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

AFFAIRE GRO DEREK : Un officier de l’ADSU réfute des allégations de menaces envers Gro Derek

Post  Sirop14 on Wed Mar 16, 2016 2:19 pm

AFFAIRE GRO DEREK : Un officier de l’ADSU réfute des allégations de menaces envers Gro Derek

ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 15 MARCH, 2016 - 17:00
Gro Derek avait soutenu avoir été victime de menaces par des policiers
Le procès intenté à Rudolphe Derek Jean Jacques, alias Gro Derek, et à Bruno Wesley Casimir pour importation d’héroïne en 2012 se poursuit devant les Assises avec le témoignage des officiers de l’ADSU. L’un d’entre eux, confronté au fait qu’il aurait menacé Gro Derek de l’envoyer en prison en 2006, soit bien avant le démantèlement du réseau de drogue, a rejeté cette allégation.
Un officier de l’ADSU, qui avait procédé à une parade d’identification en présence de Hayeshan Maudarbacus en avril 2013, devait soutenir que celui-ci avait indiqué à la police « samem Casimir mo ti dir dan mo lanket-la ». Contre-interrogé par Me Deepak Rutnah, l’officier de l’ADSU devait par la suite confirmer qu’il connaissait bien Gro Derek et qu’il avait aussi été présent dans le passé lors de perquisitions à son domicile. De ce fait, l’avocat l’a questionné sur certaines allégations de menaces faites par Gro Derek.
Me Deepak Rutnah : En 2006, Derek dir ounn menas li ki ou pou ferm li pandan 3 an.
Officier de l’ADSU : Zame sa inn arive.
Me Rutnah : Li osi pe dir ki plizir fwa ounn aret li pou narnie ditou.
Officier de l’ADSU : C’est faux.
Me Rutnah : Derek pe osi dir ki ou ek ou lekip ti pe arsel li ek linn mem al fer konplint Police Complaint Commission.
Officier de l’ADSU : Sa mo pa rapel.
L’officier de l’ADSU avait aussi été confronté aux allégations formulées par le témoin Hayeshan Maudarbacus, ancien steward du Trochetia, qui avait indiqué qu’en 2010, il avait eu une rencontre avec Bruno Casimir et Gro Derek dans un véhicule à Flacq, alors que Seewoosing Dayal était le chauffeur. Maudarbacus avait soutenu que c’est Casimir qui devait lui donner des instructions sur la manière dont il devrait jeter les colis de drogue en mer. L’officier de l’ADSU devait confirmer en cour qu’il avait informé Bruno Casimir des allégations portées contre lui en présence de son avocat.
Gro Derek et Bruno Casimir ont plaidé non coupables des accusations portées contre eux. Gro Derek est accusé d’avoir, à deux reprises, soit en janvier 2012 et en juin 2012, remis à chaque fois 6 kg d’héroïne au témoin Seewoosing Dayal, chauffeur de taxi de son état. La drogue avait été répartie dans des bouteilles en plastique. Gro Derek est aussi accusé d’avoir remis une somme de 45 000 euros à des intermédiaires pour financer l’importation d’héroïne d’Afrique entre janvier et mai 2012.
Bruno Casimir, skipper de profession, est quant à lui poursuivi devant la Cour d’assises sous deux chefs d’accusation. Il est accusé d’avoir transporté les bouteilles contenant la drogue que Gro Derek aurait remise à Seewoosing Dayal, à bord de son bateau.

http://www.lemauricien.com/article/affaire-gro-derek-officier-l-adsu-refute-des-allegations-menaces-envers-gro-derek

Sirop14

Posts : 5694
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Re: Arrêté hier: la longue nuit de Navin Ramgoolam

Post  Sponsored content


Sponsored content


Back to top Go down

Page 3 of 5 Previous  1, 2, 3, 4, 5  Next

View previous topic View next topic Back to top


 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum