IIe république: Bérenger pour des pouvoirs accrus au Président

Page 3 of 6 Previous  1, 2, 3, 4, 5, 6  Next

View previous topic View next topic Go down

AU LARGE DE MAHÉBOURG : Délicate opération de renflouage d’un cargo

Post  Sirop14 on Fri Jun 17, 2016 2:49 pm

AU LARGE DE MAHÉBOURG : Délicate opération de renflouage d’un cargo

Le MV Benita avec un Deadweight de 44 183 tonnes s’est drossé tôt ce matin sur les récifs au large de Mahébourg suite à une quasi-mutinerie à bord dans la soirée d’hier
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 17 JUIN, 2016 - 18:00

http://www.lemauricien.com/article/au-large-mahebourg-delicate-operation-renflouage-d-cargo

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

AU LARGE DE MAHÉBOURG: 13 Salvors européens pour le renflouage du MV Benita

Post  Sirop14 on Sat Jun 18, 2016 10:00 am

AU LARGE DE MAHÉBOURG: 13 Salvors européens pour le renflouage du MV Benita

http://www.lemauricien.com/article/au-large-mahebourg-13-salvors-europeens-renflouage-du-mv-benita

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Naufrage du MV Benita: le gouvernement privilégie l’environnement aux dépenses

Post  Sirop14 on Tue Jun 21, 2016 5:35 am

Naufrage du MV Benita: le gouvernement privilégie l’environnement aux dépenses


http://www.lexpress.mu/article/283969/naufrage-mv-benita-gouvernement-privilegie-lenvironnement-aux-depenses

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

INFRASTRUCTURE PORTUAIRE : Le partenariat DP World/CHCL se tient à 50/50

Post  Sirop14 on Wed Jun 22, 2016 8:32 am

INFRASTRUCTURE PORTUAIRE : Le partenariat DP World/CHCL se tient à 50/50

L’hôtel du gouvernement en quête de garanties fermes sur les investissements de Rs 1,5 milliard dans le port et dans la SEZ de Riche-Terre, les projets identifiés, la performance et le bail de 99 ans à Riche-Terre

http://www.lemauricien.com/article/infrastructure-portuaire-partenariat-dp-worldchcl-se-tient-5050

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

ENVIRONNEMENT—RISQUES DE POLLUTION: Le VPM Soodhun inquiet des effets du MV Benita

Post  Sirop14 on Thu Jun 23, 2016 7:41 am

ENVIRONNEMENT—RISQUES DE POLLUTION: Le VPM Soodhun inquiet des effets du MV Benita

http://www.lemauricien.com/article/environnement-risques-pollution-vpm-soodhun-inquiet-des-effets-du-mv-benita

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

ÉCONOMIE ET RELATIONS INTERNATIONALES : Le Brexit incontournable pour le Budget 2016/17

Post  Sirop14 on Fri Jun 24, 2016 2:34 pm

ÉCONOMIE ET RELATIONS INTERNATIONALES : Le Brexit incontournable pour le Budget 2016/17

Le taux de change de la livre sterling en chute libre, soit une perte de Rs 4.73 en une nuit de référendum, passant de Rs 51.75 hier à Rs 47.02 à l’ouverture du marché ce matin
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 24 JUIN, 2016 - 16:30

http://www.lemauricien.com/article/economie-et-relations-internationales-brexit-incontournable-budget-201617

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

SOUVERAINETÉ TERRITORIALE : SAJ maintient la ligne dure sur l’ultimatum Chagos

Post  Sirop14 on Sun Jun 26, 2016 9:26 am

SOUVERAINETÉ TERRITORIALE : SAJ maintient la ligne dure sur l’ultimatum Chagos
À cinq jours de l’expiration du délai au sujet de l’ultimatum lancé à la Grande-Bretagne au sujet d’une date précise pour le contrôle effectif de la souveraineté de Maurice sur les Chagos, le ton est monté d’un cran....

http://www.lemauricien.com/article/souverainete-territoriale-saj-maintient-la-ligne-dure-sur-l-ultimatum-chagos

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

BREXIT ET CHAGOS : Bérenger accuse le gouvernement d’avoir «péché par imprévoyance»

Post  Sirop14 on Mon Jun 27, 2016 8:23 am

BREXIT ET CHAGOS : Bérenger accuse le gouvernement d’avoir «péché par imprévoyance»
Commentant hier, d’une part, l’issue du référendum britannique sur le Brexit et, d’autre part, les derniers développements sur le dossier des Chagos, Paul B...

http://www.lemauricien.com/article/brexit-et-chagos-berenger-accuse-gouvernement-d-avoir-peche-imprevoyance

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

MV BENITA : Un trou de 1,50 m dans la coque

Post  Sirop14 on Mon Jun 27, 2016 8:25 am

MV BENITA : Un trou de 1,50 m dans la coque
À peine la délicate opération de pompage de la cargaison de carburant à bord du MV Benita, drossé sur les récifs au large de Mahébourg il y a une dizaine de jours, amorcée, un autre grave problème a surgi.

http://www.lemauricien.com/article/mv-benita-trou-150-m-la-coque

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

ASSEMBLÉE NATIONALE : Nous ne céderons pas au chantage sur les Chagos, a déclaré SAJ

Post  Sirop14 on Wed Jun 29, 2016 7:16 am

ASSEMBLÉE NATIONALE : Nous ne céderons pas au chantage sur les Chagos, a déclaré SAJ

Le Premier ministre : « C’est une lutte légitime et nous allons nous battre car les Anglais n’ont nullement l’intention de retourner à Maurice cette partie de son territoire »
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 28 JUIN, 2016 - 18:30

Sir Anerood : « Les indications préliminaires sont que le jugement de la Cour suprême de Grande-Bretagne de demain pourrait être défavorable aux Chagossiens »
Brexit : divergences de vues sur le Timing de l’activation de l’Article 50 du Traité européen entre l’opposition, qui croit qu’il y a urgence, et le GM misant sur une période de 10 ans
Bérenger : « Dans la conjoncture, avec le Brexit et les risques de la détérioration des relations avec Londres et Washington, le ministre des Affaires étrangères se doit d’être moins silencieux »
Shakeel Mohamed propose au PM l’initiative de convoquer un sommet spécial des pays ACP pour évaluer les répercussions de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne
Des éléments de réponse provocateurs soumis au PM par ses collaborateurs suscitent l’irritation du leader de l’opposition
Une Double-Barrelled Private Notice Question (PNQ) a été proposée par le leader de l’opposition, Paul Bérenger, au Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, à l’ouverture de la séance du jour des travaux parlementaires. Actualité oblige, les échanges ont été axés sur les retombées du Brexit pour Maurice et les risques de détérioration des relations bilatérales entre Port-Louis et Londres et également avec Washington compte tenu de l’ultimatum lancé par Maurice à la Grande-Bretagne en vue de fixer une date pour le contrôle effectif de Maurice sur les Chagos ; sur ce dernier point, le chef du gouvernement n’a pas mâché ses mots et a réitéré sa détermination d’aller jusqu’au bout avec le recours à la Cour internationale de Justice de La Haye pour une Advisory Opinion contre la Grande-Bretagne au sujet du démembrement du territoire de la République de Maurice avant l’accession à l’indépendance le 12 mars 1968.
« Nous n’allons pas céder au chantage, et l’impression est que la Grande-Bretagne n’entend nullement rendre à Maurice cette partie de son territoire. Nous nous battons pour une cause légitime », devait déclarer sir Anerood, Paul Bérenger confirmant le soutien de l’opposition à ce combat. Les prochaines 48 heures devront voir deux événements majeurs au chapitre des Chagos. L’ultimatum lancé à la Grande-Bretagne pour se prononcer sur la date du contrôle effectif de Maurice sur les Chagos, évitant du même coup la voie menant à la Cour internationale de Justice, expire jeudi. Il faut également tenir compte du fait que la Cour suprême de la Grande-Bretagne rendra demain son jugement dans l’appel interjeté par Olivier Bancoult au nom de la communauté chagossienne pour un retour dans les îles de l’archipel (voir texte plus loin).
Le consensus entre le gouvernement et l’opposition sur les Chagos n’est pas de mise au chapitre du Brexit suite au référendum de jeudi dernier en Grande-Bretagne. Des divergences de vues perdurent quant au Timing par Londres de l’activation de l’Article 50 du Traité de l’Union européenne pour consommer le divorce entre Londres et Bruxelles. Le leader de l’opposition s’appesantit sur le fait que dans la conjoncture il y a urgence et s’inscrit en faux face à l’attitude « cool » qu’affiche le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, et par extension sir Anerood. Il croit qu’il y a danger plus loin, des pressions venant d’autres États membres de l’Union européenne sur la Grande-Bretagne pour une accélération des procédures en vue de presser l’Exit Button.
Répercussions 
économiques
Dans le camp du gouvernement, l’on s’en tient aux déclarations officielles du Premier ministre britannique, David Cameron, que la responsabilité de l’Article 50 du Traité européen relèvera de son successeur, qui devra être en poste à compter du 2 septembre. Cette date, qui était prévue initialement pour octobre prochain, a été ramenée plus tôt par les conservateurs britanniques. Mais avec l’intervention du Backbencher de la majorité, Ravi Rutnah, alléguant que les procédures du Brexit pourraient prendre dix ans, au vu des dernières analyses savantes circulant à Londres, le gouvernement affirme avoir trouvé un « certain réconfort ».
Néanmoins, le Premier ministre a fait comprendre que le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne se traduira par des répercussions sur le plan économique pour Maurice aussi bien que pour d’autres pays du monde. Il a ajouté que de nouvelles négociations devront avoir lieu avec la Grande-Bretagne au sujet des exportations de Maurice.
Sir Anerood ne s’est pas montré hostile à une proposition du chef de file du Labour, Shakeel Mohamed, selon laquelle Maurice devrait prendre l’initiative de convoquer un sommet spécial des chefs d’État et de gouvernement des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) pour faire le tour des répercussions du Brexit.
Bérenger : Par rapport aux retombées du Brexit, soit le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, et des risques de détérioration des relations entre Maurice, d’une part, et la Grande-Bretagne et les États-Unis, d’autre part, le Premier ministre peut-il informer la Chambre des mesures envisagées en vue d’atténuer les répercussions du Brexit sur Maurice et comment compte-t-il gérer les relations avec Londres, après le divorce avec Bruxelles, et avec les États-Unis à la veille des prochaines élections présidentielles ?
SAJ : En réponse à une PNQ le 14 juin dernier, j’avais déclaré qu’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne aura certainement des conséquences non seulement sur Maurice mais sur le monde entier, particulièrement sur les pays ayant des accords de coopération avec l’Union européenne et avec la Grande-Bretagne. J’avais aussi déclaré que des consultations informelles avaient eu lieu avec le secteur privé sur les éventuelles retombées du Brexit. Ces discussions se poursuivent et sont toujours à l’agenda du prochain comité secteur public/secteur privé que je préside.
Lors de la rencontre du Cabinet, vendredi dernier, il a été décidé qu’un comité interministériel, présidé par le ministre des Finances, serait mis sur pied pour se pencher sur toutes les implications du Brexit. Tout de suite après les résultats du référendum, le ministre des Finances a convoqué les divers représentants du secteur public et privé pour discuter sur les possibles conséquences du Brexit. Lors de la rencontre du comité, divers secteurs de l’économie ont été abordés. Une première évaluation des éventuels impacts secteur par secteur a été faite. Le comité doit faire des propositions sur les manières de gérer les impacts négatifs du Brexit sur l’économie mauricienne.
Sauvegarder 
ses intérêts
Le comité examine aussi Ies cinq principales options que la Grande-Bretagne pourrait choisir comme modèle de négociation durant les deux ans de transition. D’abord, le Norway model, où la Grande-Bretagne rejoindrait l’European Economic Area ; deuxièmement, le modèle suisse, où l’Angleterre négocierait un accord bilatéral avec les États de l’UE ; troisièmement, le modèle de Turquie où l’Angleterre peut négocier une Bilateral Customs Union avec l’UE ; ensuite le modèle de l’OMC où l’Angleterre dépendrait des règles de l’OMC pour un accès au marché ; et enfin, un deal spécial qui retiendrait un free trade avec l’UE.
Toutefois, je voudrais souligner que le Brexit ne prendra effet que le jour où la Grande-Bretagne signifiera son intention auprès de l’Union européenne de se retirer et deux ans après cette notification. Jusqu’ici, elle ne l’a pas fait et le premier ministre britannique aurait déclaré que l’Angleterre n’est pas pressée de le faire. Et, jusqu’ici, il n’y a aucune indication venant de la Grande-Bretagne quant à sa préférence parmi les cinq principales options.
Le Premier ministre britannique a déclaré qu’aucune négociation à proprement parler ne démarrera tant que son successeur ne sera pas nommé. Sans prendre en considération les divers scénarios ayant trait aux relations commerciales de la Grande-Bretagne, Maurice aura besoin de relations bilatérales pour sauvegarder ses intérêts. Dans l’éventualité que l’Angleterre maintienne les engagements de l’UE envers les États membres qui ont signé l’Interim Economic Partnership Agreement, notamment Madagascar, Maurice, les Seychelles et le Zimbabwe, il peut ne pas y avoir besoin d’un nouvel accord commercial. Dans le cas contraire, on aurait besoin d’un nouvel accord pour sauvegarder nos intérêts.
Nous continuerons avec la diversification de nos marchés d’exportation. Cette stratégie de diversification a été initiée en 2010 par le présent ministre des Finances à la suite de la crise économique en Europe.
Les relations entre les pays sont permanentes indépendamment des élections. Nos relations avec la Grande-Bretagne et les États-Unis demeurent fortes en dépit du communiqué émis par les deux ambassades sur les Chagos. Permettez-moi de rappeler que nous avons toujours entretenu de fortes relations.
Quand j’ai rencontré Patrick Kennedy, Under Secretary for Management à l’US Department of State, et Neil Wigan, Africa Director à l’UK Foreign and Commonwealth Office, j’ai souligné que Maurice entretient de fortes relations avec l’Angleterre et les USA. J’ai fait ressortir que les Chagos ne devraient pas être utilisés comme un “trade off for cooperation between Mauritius and the UK and the US or for assistance from the UK and the US to Mauritius”.
J’ai aussi fait ressortir que le fait que Maurice puisse avoir recours à la Cour internationale de Justice ne devrait pas être perçu comme un unfriendly act car nous luttons pour une cause légitime. La déclaration selon laquelle cela causerait un « lasting damage to Mauritius’ bilateral relations with both the UK and the USA » est totalement inacceptable et contraire à leurs obligations selon la loi internationale. Depuis l’Indépendance, notre attitude a toujours été sur une base de pays à pays et non simplement par rapport à l’Union européenne. Nous pouvons consolider nos relations à la fois avec la Grande-Bretagne et avec les États-Unis. Toutefois, étant donné que la Grande-Bretagne ne fera plus partie de l’Union européenne, nous aurons besoin d’un accord avec elle. Je compte marquer ma présence aux célébrations à l’ambassade américaine cette semaine. J’ai aussi écrit au président Obama pour le féliciter à l’occasion du 240e anniversaire de l’Indépendance des USA.
Je tiens à informer que j’ai fait une demande pour rencontrer à la fois le Premier ministre britannique et le président des États-Unis car j’estime que ce n’est qu’à travers un dialogue franc qu’on pourra trouver des solutions.
Bérenger : Je préfère commencer par le volet consacré au Brexit. De ce que le Premier ministre a annoncé, les effets du retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne par Maurice seront évalués par trois instances, à savoir le comité conjoint gouvernement–secteur privé sous sa présidence, le comité ministériel décidé par le conseil des ministres et confié au ministre des Finances, Pravind Jugnauth, et la réunion de vendredi entre les représentants du gouvernement et du secteur privé sous le ministère des Finances. Le Premier ministre peut-il révéler quand a été fixée la prochaine réunion gouvernement–secteur privé et si le procès-verbal des délibérations pourrait être déposé sur la table de l’Assemblée nationale ?
SAJ : La date de la réunion n’a pas encore été arrêtée. Je ne vois aucun inconvénient que les Minutes of Proceedings soient déposés à l’Assemblée.
There is urgency
Bérenger : Thank you. Le communiqué du conseil des ministres de vendredi contient les attributions du comité interministériel présidé par Pravind Jugnauth. Peut-on prendre connaissance de la composition de cette instance ? Qui sont les autres ministres qui en feront partie ? Les recommandations de ce comité seront-elles rendues publiques ?
SAJ : (Il attend des éléments de réponse de la part de ses collaborateurs, dont le Secretary to Cabinet par intérim) : Nous avons procédé à des nominations mais je n’ai pas tous les noms en tête. (Il prend connaissance du morceau de papier transmis par des officiels du Prime Minister’s Office et il lit.) La liste de la composition de ce comité sera circulée. Pour ce qui est des recommandations, tout dépendra. S’il y a des éléments de nature confidentielle, on ne pourra pas le faire. À ce stade, je ne peux prendre aucun engagement.
Bérenger : Le ministre des Finances affiche une attitude très cool par rapport au Brexit. Le même sentiment se dégage des éléments de la réponse liminaire du Premier ministre. Apparemment, cela pourrait ne pas être le cas. Le Premier ministre est-il au courant que pas plus tard qu’hier soir, le trio Hollande (France)/Merkel (Allemagne)/Renzi (Italie) a mis la pression sur la Grande-Bretagne en affirmant qu’il ne peut être question d’échanges informels tant que l’Article 50 du Traité européen n’est pas activé. Dans l’ensemble de l’Union européenne c’est le même sentiment. Rien ne sera fait avant la notification formelle. There is urgency. Les choses pourraient connaître une détérioration. Le Premier ministre partage-t-il mon avis ?
SAJ : I can’t totally agree with the leader of the opposition. There may be pressures. Mais le Premier ministre, britannique, David Cameron, a indiqué que “there is no rush”. Les discussions sur le retrait de la Grande-Bretagne n’auront lieu qu’après la notification. I don’t think there is urgency…
Bérenger : We will see down the road…
SAJ (donnant lecture d’un morceau de papier transmis par des officiels du PMO): Le leader de l’opposition donne l’impression qu’il est le seul…
La lecture de ce document par le Premier ministre donne lieu à des remous venant des rangs de l’opposition et une vive réaction de la part du leader de l’opposition en direction des fonctionnaires du PMO dans la galerie officielle.
Bérenger : Stupid… Jusqu’ici le ton des échanges était correct maintenant qu’interviennent ces éléments…
Balamoody : Adviser sa…
Bhagwan : Samem inn koul zot sa…
SAJ : We’ll take our responsibility.
UK is not out of EU
Bérenger : He should do penmanship (devant les difficultés éprouvées par le Premier ministre à déchiffrer ce qui avait été écrit sur le morceau de papier). En Grande-Bretagne, l’ère Cameron est du passé avec la nomination prochaine d’un nouveau Premier ministre et probablement de nouvelles élections générales en Grande-Bretagne. L’année prochaine, des élections présidentielles en France seront annoncées. Les Allemands se rendront aux urnes avec les deux alliés, soit le SPD et le parti d’Angela Merkel dans les camps opposés. Peut-on savoir si les missions diplomatiques mauriciennes à Paris et à Londres, et également celle à Bonn, seront engagées à établir des contacts avec les partis politiques concernés, y compris ceux de l’opposition ?
SAJ : Les missions diplomatiques feront le nécessaire…
Bérenger : Dans le passé, Maurice a toujours été à l’avant-garde à Bruxelles. Nous devrons prendre l’initiative au sein des ACP. Peut-on savoir ce qui est envisagé ?
SAJ : We’ll certainly do that. Mais nous allons procéder étape par étape. I don’t think we should rush. Après, la Grande-Bretagne est encore au sein de l’Union européenne. The United Kingdom is not out of EU yet.
Bérenger : Passons au dossier des Chagos. Lors de ma dernière PNQ à ce chapitre, le Premier ministre a confirmé son intention de saisir l’Assemblée générale des Nations unies de la revendication mauricienne sur l’archipel. Ce rendez-vous est en septembre et dans deux jours expire l’ultimatum. Peut-on savoir les démarches qui ont été enclenchées au niveau des Nations unies pour inscrire cet item à l’agenda ? A-t-on déjà établi le contact avec la présidence de l’Assemblée générale, qui sera assurée par Fidji ? Qu’en est-il du lobbying auprès des pays amis ? Le gouvernement est-il disposé à reprendre l’initiative de 2001 quand sir Anerood était Premier ministre et moi Deputy Prime Minister, et nous avons même été jusqu’au président Bush ?
SAJ : I would like to know what was the outcome of these discussions. We were nowhere as far as Chagos is concerned. Il est clair que la Grande-Bretagne n’a aucune intention de nous rendre les Chagos. We have to take measures. We have to fight. We are fighting for a legitimate cause. We are not going to bow out before those who pretend to support justice and human rights, and also rule of law; ils se comportent comme des pires dictateurs avec pour seul principe: might is right. Il n’y aura pas de capitulation. We are going forward..; We are not going to bow out..
Bérenger : Nous abordions l’ère post-Cameron et post-Obama. Lors de la PNQ du 17 mai, le Premier ministre avait annoncé qu’il avait écrit au président Obama en avril dernier. Peut-on savoir s’il y a eu une réponse ? Les missions diplomatiques de Maurice à Washington et à New York sont-elles engagées dans le dossier des Chagos ?
SAJ : There has been no reply. Tous les efforts sont déployés au niveau de nos missions diplomatiques.
Bérenger : Very disturbing. Dans le communiqué émis par le Prime Minister’s Office, mention est faite que les menaces des Anglais et des Américains sur le plan des relations diplomatiques sont hostile and totally unacceptable de même que contraires à leurs obligations en Droit international. Au sein de l’opposition, nous souscrivons à cette prise de position. Mais ces menaces portent-elles sur l’AGOA au désavantage de Maurice ?
SAJ : No. They have not given any hint. D’ailleurs, les menaces sont publiques...
Bérenger : Demain, la Cour suprême à Londres rendra le jugement dans l’appel interjeté par Olivier Bancoult contre la Grande-Bretagne suite au jugement de 2008 à 3 contre 2 de la House of Lords. La mission diplomatique à Londres suit-elle cette affaire. A-t-on déjà pris des dispositions pour réagir ?
SAJ : Well, I have been told that it’s likely that the Chagossians are going to lose this case; we have to wait. Ce n’est qu’après que nous serons en mesure d’intervenir.
À ce stade des échanges, le Backbencher du gouvernement est intervenu pour faire comprendre que selon les dernières informations, le Brexit ne sera effectif qu’après un vote de la Chambre des Communes abrogeant l’adhésion de la Grande-Bretagne à l’Union européenne. « Des spécialistes soutiennent que cela pourrait prendre dix ans et nous aurons suffisamment de temps pour négocier des accords avec Londres », dira le député alors que le député Balamoody devait lancer à son égard « to pe gagn traka to paspor ».
Répondant à Ravi Rutnah, sir Anerood devait ajouter que « if the Honourable Member is correct, then we will have more time. Des légistes font également part que la notion de référendum n’est pas reconnue en Angleterre ». Il semble partager l’avis du député Rutnah sur le projet de loi à être voté par la Chambre des Communes.
Shakeel Mohamed : It seems that the Prime Minister is getting his information from Facebook. Il y a d’énormes pressions sur David Cameron. Des réunions se succèdent à Bruxelles à cet effet. Au niveau des ACP, le Premier ministre n’est-il pas d’accord que Maurice doit prendre l’initiative de convoquer un sommet spécial des chefs d’État et de gouvernement du groupe ACP pour aborder les effets du Brexit ?
SAJ : We’ll consider that certainly.
Bérenger : Dans la conjoncture, nous faisons face à de gros défis avec le Brexit et des risques, je dis bien des risques, de détérioration de nos relations avec Londres et Washington; ne serait-il pas mieux que le ministre des Affaires étrangères sorte de son silence ?
SAJ : (La première partie de la réponse est inaudible de la galerie de la presse) He knows what are his responsibilities.
Bhagwan : Li ena lot preokipasion...

http://www.lemauricien.com/article/assemblee-nationale-nous-ne-cederons-pas-au-chantage-sur-les-chagos-declare-saj

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

CHAGOS : Demain c’est le jour du jugement

Post  Sirop14 on Wed Jun 29, 2016 7:19 am

CHAGOS : Demain c’est le jour du jugement

La Cour suprême de la Grande-Bretagne rendra son verdict dans l’appel interjeté par Olivier Bancoult du jugement de la House of Lords de 3 contre 2 du 22 octobre 2008
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 28 JUIN, 2016 - 16:30

Tout semble indiquer que cette dernière semaine de juin sera un tournant majeur dans l’affaire des Chagos. Le jeudi 30 expirera l’ultimatum imposé par le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, aux Anglais en vue d’annoncer la date à laquelle Maurice pourra exercer le contrôle effectif sur l’archipel des Chagos. Mais 24 heures auparavant, les membres de la communauté chagossienne, dont le Groupement Réfugiés Chagos (GRC) mené par Olivier Bancoult, ont rendez-vous avec la justice britannique dans leur lutte pour leur retour dans leurs îles natales. La coïncidence historique a voulu que des deux dates se succèdent en mois de 24 heures pour un différend politico-diplomatique anglo-mauricien de 50 ans.
La Cour suprême de Grande-Bretagne, avec un Full Bench composé de Lord Neuberger, Lady Hale, Lord Mance, Lord Kerr et Lord Clarke, rendra demain à Londres le jugement en appel d’Olivier Bancoult contre une décision de la House of Lords en faveur du Secretary of State for Foreign and Commonwealth Affairs au sujet du retour des Chagossiens dans l’archipel. Le jugement de la House of Lords en date du 22 octobre 2008 avec une majorité de trois contre deux est contesté par les Chagossiens parce que la Grande-Bretagne n’avait pas révélé aux instances judiciaires et aux Chagossiens des détails de nature cruciale.
Les documents occultés intentionnellement par les autorités britanniques à cette occasion concernent les conclusions d’une Feasibility Study entreprise en 2002 au sujet d’un éventuel Resettlement dans des îles de l’archipel. Cette étude soutenait que « the costs of long term inhabitation of the outer islands would be prohibitive and life there precarious ». Quand le GRC est parvenu à prendre connaissance des recommandations de cette étude, le point soutenu en appel devant la Cour suprême de Grande-Bretagne est « documents relating to the 2002 feasibility study which he contends were not disclosed in the proceedings in breach of the respondent’s duty of candour in public law proceedings, and which he alleges would have been highly likely to have affected the outcome of the appeal ».
Le jugement de la Cour suprême britannique, demain, devra déterminer s’il y a lieu de rouvrir ce dossier permettant à Olivier Bancoult de verser de nouveaux documents pour contester la validité de la section 4 de The Immigration Ordinance 1971, émis par le British Indian Ocean Territory Commissioner en date du 16 avril 1971. « Section 4 of the Ordinance made it unlawful for someone to be in BIOT without a permit, and the Ordinance also empowered the Commissioner to make an order directing that person’s removal from BIOT ». Toutefois en 2000, Olivier Bancoult avait obtenu un High Court Order renversant la section IV de The Immigration Ordinance de 1971. Même si Londres ne devait pas objecter à cette décision, ouvrant la porte de l’archipel aux Chagossiens, il devait avoir recours au subterfuge de la Feasibility Study de 2002 pour bloquer tout projet de Resettlement avec à la clé un « Her Majesty by Order in Council made the BIOT Constitution Order and the BIOT Immigration Order which would restore full immigration control as a result of the feasibility study and of the need for effective use of BIOT for defence purposes ».
Le jugement de la Cour suprême de Grande-Bretagne est attendu avec impatience par les membres de la communauté chagossienne en vue de relancer et revigorer leur campagne pour que justice soit rendue après leur exil il y a 50 ans déjà alors que Maurice s’apprête à prendre le pari de la Cour internationale de Justice pour exercer le contrôle effectif sur une partie de son territoire démembré avant l’accession à l’indépendance le 12 mars 1968…

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Supreme Court judges against Chagossians but the fight goes on

Post  Sirop14 on Thu Jun 30, 2016 1:30 pm


Supreme Court judges against Chagossians but the fight goes on
June 29, 2016


A controversial UK judgement which endorsed a 2004 law banning Chagossians living in their homeland was today narrowly upheld by the UK's Supreme Court. The Supreme Court's predecessor, the Appellate Committee of the House of Lords, had found in 2008 that the 2004 law forbidding Chagossians from living in their homeland was legal.

Chagossians-UK citizens- have lived in exile since their deportation from their homeland in the early 1970s. Since then they have fought long political and legal campaigns for the right to return home. For more on Chagossians history see our Chagos in 5 minutes section.

The 2008 judgment was called into question following allegations that key information had not been available from the judges during the trial. The information in question related to doubts around the credibility of a study which suggested resettlement of the Chagos Islands could be difficult.



A fresh government-commissioned study concluded in 2015 that Chagossian return was “practically feasible;” a verdict the government has accepted.

In a narrow majority verdict of 3:2, the Supreme Court judges agreed the 2008 judgement would stand. The two dissenting judges, Lady Hale and Lord Kerr, “would have set aside the 2008 Decision,” arguing there was a “real possibility” the 2008 case could have had a different outcome the evidence in question had been available.

Speaking after the verdict Oliver Bancoult, who has led the Chagossian legal battle over many years, commented that this "was not the end of the road" and implored the UK Government to "go ahead and to allow us to go back to our homeland."

Agreeing, the Chagossians' long-time legal advocate Richard Gifford stated that "Resettlement is perfectly feasible and fervently desired by the Chagossians. Given the acquiescence of the US and the support of Mauritius, this injustice can no longer be sustained."

The Chagossians’ legal team, which includes human rights barrister Amal Clooney QC, will consider its next steps.

In highlighting a new feasibility study which assessed the potential for return favourably, more pressure was put on the Government to finally end their three year policy and back Chagossian return. Find out how you can call on the Minister to finally end the outrage of the Chagossian exile in just a few clicks.

There has been condemnation from across the political divide, with Labour, Conservative and UKIP politicians condemning the Supreme Court's verdict (Tweets from James Carver, Catherine West and Henry Smith below).
http://www.chagossupport.org.uk/#!Supreme-Court-judges-against-Chagossians-but-the-fight-goes-on/c1y03/5773b9440cf2c8c6f2c7019c

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

CHAGOS – A LA MI-JOURNÉE: La Cour suprême de Grande-Bretagne rejette l’appel d’Olivier Bancoult

Post  Sirop14 on Thu Jun 30, 2016 1:37 pm

CHAGOS – A LA MI-JOURNÉE: La Cour suprême de Grande-Bretagne rejette l’appel d’Olivier Bancoult

La Cour suprême de Grande-Bretagne a rejeté l’appel d’Olivier Bancoult contre le Foreign and Commonwealth Office. Le jugement a été rendu à la mi-journée à une majorité de trois contre deux, dont deux Dissenting Judgments de Lord Kerr et de Lady Hale. Le leader du Groupement des Réfugiés des Chagos avait interjeté appel contre un jugement de la House of Lords car Londres avait dissimulé des documents portant sur une précédente étude de faisabilité sur le Resettlement des Chagossiens dans leur archipel natal.
“As to the non-disclosure, the essential questions are (i) whether due disclosure of the Rashid documents would have led to a challenge by Mr Bancoult’s representatives to the 2B report in the original judicial review proceedings, and, if so, (ii) whether it is likely that such a challenge would have resulted in a different outcome to the 2008 judgment”, note le jugement de la Cour suprême.
Dans le jugement majoritaire, Lord Mance avance que “assuming without deciding that (i) was satisfied, Lord Mance concludes as to (ii), after reviewing the 2008 judgment [16-19] and the Rashid documents [20-64], that there is no probability, likelihood, prospect or real possibility that a court would have seen, or would now see, anything which could, would or should have caused the respondent to doubt the conclusions of the 2B report, or made it irrational or otherwise unjustifiable to act on them in June 2004”.
Dans le jugement minoritaire, Lord Kerr est arrivé à la conclusion que « it is enough for there to be a real possibility that a different outcome would have occurred had the information been available at the time of the original hearing . The Rashid documents might well have caused the 2008 Decision to be different”
Rappelons que lors de la PNQ d’hier le Premier ministre avait fait part des indications que la Cour suprême n’allait pas donner raison aux Chagossiens.

http://www.lemauricien.com/article/chagos-la-mi-journee-la-cour-supreme-grande-bretagne-rejette-l-appel-d-olivier-bancoult

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

SOUVERAINETÉ TERRITORIALE : Chagos, la balle dans le camp de Maurice

Post  Sirop14 on Fri Jul 01, 2016 6:59 am

SOUVERAINETÉ TERRITORIALE : Chagos, la balle dans le camp de Maurice

http://www.lemauricien.com/article/souverainete-territoriale-chagos-la-balle-camp-maurice

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

CHAGOS : Albert-René lance un pavé dans la mare

Post  Sirop14 on Sun Jul 03, 2016 8:04 am

CHAGOS : Albert-René lance un pavé dans la mare

L’ancien président des Seychelles : « The Mauritians were not forceful enough in their demands at the time of independence »
ARTICLE PARU DANS WEEK-END | 3 JUILLET, 2016 - 09:00

http://www.lemauricien.com/article/chagos-albert-rene-lance-pave-la-mare

DOSSIER CHAGOS : Bérenger invite SAJ à rencontrer Bancoult dès son retour au pays
Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, demande au Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, à rencontrer le leader du Groupe Réfugiés Chagos (GRC),...
http://www.lemauricien.com/article/dossier-chagos-berenger-invite-saj-rencontrer-bancoult-des-son-retour-au-pays

CHAGOS: Les prolongations pour combien de temps ?
http://www.lemauricien.com/blog/chagos-les-prolongations-combien-temps

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

CHAGOS : Souveraineté et “resettlement” indissociables

Post  Sirop14 on Tue Jul 05, 2016 3:53 pm

CHAGOS : Souveraineté et “resettlement” indissociables

SAJ : « Londres a réclamé un délai d’une semaine pour soumettre des propositions par écrit. Let’s wait and see… Si les propositions sont valables, nous en aviserons »
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 5 JUILLET, 2016 - 18:00

Bérenger : « Attention ! Le jugement de la Cour suprême de la Grande-Bretagne de mercredi comporte trois pièges qu’il faut à tout prix éviter »
Prochaine convocation de la réunion interparlementaire sur les Chagos sous la présidence du Premier ministre avec la possibilité que le leader du Groupe Réfugiés Chagos (GRC) soit coopté
Le Premier ministre aux Chagossiens : « They have to be careful. It’s a “piège” we have to be careful »
La question des Chagos continue de s’imposer au sein de l’hémicycle, notamment pour la tranche de la Private Notice Question (PNQ). Pour la troisième fois consécutive, le leader de l’opposition, Paul Bérenger, a interpellé le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, notamment dans le sillage du jugement en appel de la Cour suprême de la Grande-Bretagne, réitérant le verdict de la House of Lords du 22 octobre 2008, interdisant tout retour des Chagossiens dans l’archipel. Toutefois, le leader de l’opposition a mis en garde contre trois dangers découlant de l’invitation des juges de la Cour suprême de la Grande-Bretagne aux Chagossiens pour des “judicial reviews” dans le cas du “resettlement”. Il a invité formellement le gouvernement à recevoir le leader du GRC, Olivier Bancoult, pour des consultations à ce sujet dès son retour au pays.
De son côté, sir Anerood Jugnauth a souligné que la souveraineté de Maurice sur l’archipel des Chagos et le “resettlement” des Chagossiens dans l’archipel sont « indissociables » et a demandé aux Chagossiens de faire preuve de prudence vu le piège que voudraient tendre les Anglais à Maurice. Il s’est déclaré disposé à recevoir Olivier Bancoult si ce dernier en exprime le désir. Il a également annoncé la convocation prochaine d’une réunion du comité interparlementaire sur les Chagos avec la possibilité de coopter pour le leader du GRC.
D’autre part, le Premier ministre s’est gardé de révéler les prochaines initiatives de Maurice, pour exercer le contrôle effectif sur les Chagos ou encore devant les instances internationales, dont la prochaine session de l’Assemblée générale des Nations Unies à partir de septembre. Il a confirmé que Londres a réclamé une extension d’une semaine du délai en vue de soumettre des propositions par écrit à Maurice. Ce nouveau délai devrait expirer vers la fin de la semaine, le Premier ministre faisant comprendre au “Backbencher” de la majorité Ravi Rutnah que « we can’t wait unduly David Cameron with his statement »... « Nous en aviserons dépendant de la teneur des propositions des Anglais et s’il y a lieu d’abandonner la voie envisagée, nous le ferons », devait-il ajouter en substance, en réitérant sa profonde conviction que « Londres n’est nullement disposée à rendre les Chagos à Maurice de son propre gré ».
Cette première partie de la séance des travaux de l’Assemblée nationale s’est déroulée en présence d’une délégation de parlementaires européens menée par Philippe Courard, président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Communauté française de Belgique).
Bérenger : Par rapport à la question de la souveraineté de Maurice sur les Chagos, le Premier ministre peut-il confirmer s’il a pris connaissance des commentaires positifs faits par Olivier Bancoult mercredi dernier et s’il compte rencontrer celui-ci à son retour, si la mission diplomatique de Maurice à Londres assure un “Watching Brief” sur l’appel interjeté par les Chagossiens devant la Cour suprême de Londres au sujet des droits de pêche dans la soi-disant Chagos Marine Protected Area et les mesures prises par rapport à une éventuelle résolution sur les Chagos à être inscrite à l’agenda de la prochaine séance de l’Assemblée ?
SAJ : Comme je l’ai toujours maintenu, l’archipel des Chagos, incluant Diego Garcia, fait et a toujours fait partie intégrante du territoire de Maurice. Maurice ne reconnaît pas le ‘so-called British Indian Ocean Territory’ que la Grande-Bretagne avait prétendu avoir créé en excisant illégalement l’archipel des Chagos du territoire de Maurice avant son accession à l’indépendance, en violation au Droit International et des Résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies en 1960 ; 1965 ; 1966 et 1967.
Souveraineté et intégrité 
territoriales
Mon gouvernement s’est fortement engagé à s’assurer que la souveraineté et l’intégrité territoriales de Maurice soient entièrement respectées et sauvegardées. Aucun effort n’est épargné pour que Maurice puisse exercer sa souveraineté sur l’archipel des Chagos. Je réitère le fait que la longue lutte de Maurice pour exercer de manière effective sa souveraineté sur l’archipel des Chagos et le droit des citoyens mauriciens, dont ceux d’origine chagossienne de retourner aux Chagos, sont indissociables.
S’agissant de la première partie de la question, la Cour suprême de la Grande-Bretagne a livré son jugement le 29 juin 2016 dans le cas de M. Bancoult qui avait fait appel du jugement rendu par la House of Lords en 2008. La Cour suprême britannique a rejeté l’appel de M. Bancoult du jugement de 2008. La Cour s’est prononcée contre une nouvelle audition de l’appel qu’il avait déposé devant la House of Lords.
Dans une réponse à une question parlementaire, j’avais indiqué que le gouvernement maintiendrait un contact et une collaboration étroits avec la communauté chagossienne afin d’assurer que nous continuons d’être sur la même longueur d’onde au sujet du sort de nos citoyens mauriciens des Chagos qui ont été retirés de force de l’archipel par la Grande-Bretagne au lendemain de l’excision illégale des Chagos du territoire de Maurice et de notre droit de souveraineté sur l’archipel. J’ai rencontré M. Bancoult l’an dernier à ce propos et je propose de le rencontrer à nouveau bientôt s’il le souhaite.
J’ai noté que M. Bancoult a fait plusieurs déclarations à la presse suivant le jugement de la Cour suprême de l’Angleterre. Dans une d’elles, il a dit que « the ruling is not the end of the road ». Dans une autre déclaration, il a indiqué qu’il sollicitera une rencontre avec le Premier ministre britannique sortant et qu’il estime que ce dernier lui tendra une oreille positive. Et, dans une autre déclaration sur une radio privée le 29 juin, il a dit que « la communauté chagossienne sort gagnante après ce jugement de la Cour suprême britannique. Je note aussi que nous avons gagné sur la ‘Marine Protected Area’ ». À son retour, je vais l’écouter. Plusieurs autres commentaires doivent avoir été faits et je ne puis savoir lequel le leader de l’Opposition mentionne. Peu importe, lorsque je rencontrerai M. Bancoult à son retour, je l’écouterai directement s’il le souhaite.
Notre souveraineté sur les Chagos est de portée nationale et j’ai toujours favorisé une approche concertée à ce sujet. Dans ce contexte, je considérerai une nouvelle rencontre du comité que j’ai mis sur pied sous ma présidence suivant la sentence livrée le 18 mars 2015 dans le cas présenté par Maurice contre l’Angleterre sous l’UNCLOS.
S’agissant de la deuxième partie de la question, dans un article du Daily Mail datant du 29 juin 2016, il est brièvement mentionné : « A further legal challenge by Chagos Islanders about their fishing rights is expected to reach the Supreme Court next year. This should be in 2017 ».
Legally binding obligation
Un article du Guardian, en date du 29 juin 2016, répète cela. Autant que je sache, il n’y a pas un tel cas en suspens à la Cour suprême d’Angleterre. Un tel procès devant se présenter pour une audition devant la Cour suprême britannique, notre Haut-Commissariat à Londres y gardera certainement un œil attentif.
Je souhaite rappeler que, lors de sa sentence le 18 mars 2015, le tribunal arbitral dans l’affaire de Maurice versus la Grande-Bretagne avait déclaré entre autres que l’Angleterre est tenue de s’assurer que les droits de pêche dans l’archipel des Chagos resteront disponibles pour Maurice aussi longtemps que possible et que c’est une legally binding obligation en ce qui concerne la zone maritime.
S’agissant de la troisième partie de la question, je réitère ce que j’ai dit dans une PNQ le 17 mai 2016. L’archipel des Chagos doit être retourné par l’Angleterre au contrôle de Maurice à une date précise à être décidée ensemble. J’avais proposé qu’une considération puisse être accordée à une cogestion de l’archipel en attendant son retour à notre pays. J’avais demandé une réponse à ma demande à la fin de juin 2016, sans quoi Maurice prendrait des actions appropriées au niveau international auprès des Nations unies. De plus, à la demande du Haut-Commissaire britannique, j’ai accepté d’étendre le délai d’une semaine.
Il serait donc inapproprié à ce stade précis d’aller dans les spécificités des actions à prendre. Je souhaite assurer le leader de l’Opposition que toutes les étapes nécessaires sont respectées pour avoir le soutien des États membres des Nations unies.
Bérenger : Par rapport à la déclaration positive d’Olivier Bancoult, je l’ai écoutée de mes propres oreilles et je l’ai vu faire cette déclaration de mes propres yeux. Il a déclaré à cet effet : « Souveraineté d’accord. Mais comme dans le cas de Rodrigues, des représentants des Chagossiens doivent être partie prenante. » C’est une approche positive. Toutefois, dans la conjoncture, avec le jugement de la Cour suprême de Londres de mercredi dernier, le Premier ministre serait-il d’accord avec moi qu’il y a trois dangers qui nous guettent : d’abord, la Cour suprême de Grande-Bretagne essaie de tenter Olivier Bancoult en l’invitant à avoir recours à des “judicial review” contre les Orders in Council de 2014, et c’est très dangereux.
Précédent 
de Gibraltar
Ensuite, le conseil légal des Chagossiens a fait état du précédent de Gibraltar et nous savons ce que cela veut dire. Et finalement, il est quasi certain que Londres pourrait aller de l’avant avec le “resettlement” des Chagossiens. Ne croit-il pas qu’il doit prendre l’initiative de rencontrer Oliver Bancoult dès son retour pour aborder ces questions ?
SAJ : Certainly. Si Olivier Bancoult veut me rencontrer, je le ferai. Avec le jugement de la Cour suprême de Grande-Bretagne, il y a des pièges. I’m sure that Chagossians will pay careful attention to the dangers.
Bérenger : Dans une réponse liminaire, j’ai entendu le Premier ministre dire qu’il n’y a aucun cas sur les droits de pêche des Chagossiens dans la soi-disant Marine Protected Area. Mes informations sont qu’il y a une contestation légale datant du mois d’août 2010 dans le sillage de la MPA. Maintenant, cette affaire sera entendue par la Cour suprême de Grande-Bretagne pour l’année prochaine. Peut-il contre-vérifier ce détail et vérifier que la haute commission mauricienne à Londres assure un “watching brief” à cet effet ?
SAJ : C’est la pratique pour la haute commission mauricienne en Grande-Bretagne d’exercer un “watching brief” dans toute affaire où des intérêts mauriciens sont en jeu. Si tel est le cas, ce sera fait.
Bérenger : Venons-en à la résolution envisagée par Maurice sur les Chagos à être présentée à la prochaine session de l’Assemblée générale des Nations Unies. À mon avis, trois étapes préalables s’imposent, soit le “final draft” de la résolution doit être déjà prêt, nous aurons besoin de solliciter le concours du nouveau président de l’Assemblée générale des Nations Unies et nous devrons engager une intense campagne de “lobbying” auprès de pays comme l’Inde, la Chine, la Russie, le Japon, le Mouvement des non-alignés (NONAM), l’Union européenne, l’Union africaine, les pays de la Ligue arabe et l’Organisation des États d’Amérique. Peut-on savoir où on en est à ce sujet ?
SAJ : Avec la démarche de la Grande-Bretagne réclamant un délai d’une semaine au sujet de l’ultimatum, nous préférons attendre, comme je l’ai dit. We know our responsibility. Nous savons ce que nous avons à faire. We know the route we have taken. Nous ne faisons pas fausse route. Mais avec l’extension du délai, je ne pense pas qu’il serait approprié d’en faire état, même si nous sommes concernés par le “timing”. Nous assumons nos responsabilités. We are working towards that end.
Bérenger : Le Premier ministre est formel. La résolution sur les Chagos sera présentée devant les Nations Unies cette année. Nous avons besoin d’établir le contact avec le président de l’Assemblée générale des Nations Unies fraîchement élu et qui vient des Fidji…
SAJ : I have said, there is no use to do this now. Nous connaissons nos responsabilités et ce qui doit être fait sera fait…
Bérenger : L’extension du délai est d’une semaine. We’ll see and surely I’ll come back. Le Premier ministre est-il au courant de la “Forceful Statement” du N° 4 du Département d’État américain en Inde récemment en qualifiant les manœuvres de la Chine en Mer de Chine comme « madness » et que l’intention finale de la Chine est d’assurer une présence dans l’océan Indien ? Pour les Américains, l’Inde est appelée à assumer un rôle de premier plan dans l’océan Indien et les États-Unis sont prêts à collaborer avec l’Inde « to have a strong and comprehensive presence ». (Le leader de l’opposition cite de larges extraits de la déclaration du N° 4 des États-Unis à cet effet.) Avons-nous établi des contacts avec l’Inde après cette Forceful Statement ?
SAJ : What do we expect from the United States. It’s their stand. Quand nous avons envisagé des décisions par rapport aux Chagos, nous avons connu la réaction virulente des États-Unis et de la Grande-Bretagne. United Kingdom has no intention whatsoever ever to return Chagos to Mauritius voluntarily. Nous avons à prendre des mesures. We have to have recourse to whatever means. If we get the guidance from the International Court of Justice, we will use that to bash the United Kingdom internationally. C’est la raison pour laquelle David Cameron a évité de me rencontrer pour aborder la question des Chagos ; il m’a demandé un délai. I’ve been good enough to accept. Il a fait comprendre qu’il compte proposer un compromis en écrit. Let’s see. We are not sleeping. We are doing our job. Toutefois, ils se présentent comme des champions de la justice et de la démocratie mais quand il y va de leurs intérêts, it’s might is right…
Bérenger : Venons-en au Mouvement des Non-Alignés. I’m sure that the Prime Minister is aware that NONAM is a terrible mess. Mais au niveau des Nations unies, il y a le groupe de 77 avec la Chine, qui sont très actifs en termes de lobbying. Ils viennent d’élire un nouveau président, qui est le représentant de la Thaïlande, ce pays étant un Non-NATO major ally. Avons-nous établi des contacts avec ce groupe ?
I take it for granted
SAJ : Par rapport à l’Inde, cela constituera une perte de temps pour Maurice si elle se retrouve sans le soutien de celle-ci. New Delhi a toujours répondu présent aux côtés de Maurice sur les Chagos. Je ne crois pas que Maurice doive faire du lobbying auprès de l’Inde. I take it for granted. L’Inde nous accordera son soutien au moment voulu. Je vois que le leader de l’opposition veut tenter par tous les moyens de savoir ce que nous allons entreprendre. I’ll ask him to be patient. We know what we have to do…
Bérenger : C’est le Premier ministre qui est venu de l’avant avec l’enjeu de la prochaine session de l’Assemblée générale des Nations unies. Cette étape c’est septembre prochain. Maintenant, il y a eu une extension d’une semaine à la Grande-Bretagne. Nous voulons savoir ce qu’il en est du drafting de la résolution du lobbying nécessaire pour rallier un maximum de soutien derrière nous. Est-il satisfait du cours des choses ?
SAJ : It all depends on what the British Prime Minister will propose. But whatever he proposes, we will take our responsibility. Si nous pouvons parvenir à un accord avec la Grande-Bretagne, nous allons abandonner les procédures devant les Nations unies. We are fully aware of the timing. Je ne voudrais pas m’étendre davantage. We do our job ; if the United Kingdom comes to an agreement, we will withdraw…
À ce stade, le député Alan Ganoo est intervenu en citant des extraits du jugement de la Cour suprême de Grande-Bretagne condamnant la démarche de Londres au sujet des documents dissimulés concernant le resettlement des Chagossiens. « Let’s see what Olivier Bancoult and his group will do. They have to be careful ; it’s a piege. We have to be careful. Chagos sovereignty is concerned. If M. Bancoult wants to see me, I’m prepared to meet him. But sovereignty ad resettlement are indissociable », s’est appesanti le Premier ministre.
Le chef de file du Labour, Shakeel Mohamed, est intervenu pour souligner que le refus de Washington et de Londres de permettre aux Chagossiens de retourner dans leur archipel n’est pas autre chose que de l’apartheid en droit international. Il a exprimé le souhait de voir ces actions en justice être initiées aux États-Unis et en Grande-Bretagne pour le délit d’apartheid et de violation des droits de l’homme contre ces deux superpuissances.
« We can’t separate resettlement from sovereignty. It’s a question for all Mauritians. We’ll take care of the proposal », a ajouté sir Anerood, qui devait faire comprendre subséquemment au député Rutnah que Maurice ne peut attendre éternellement David Cameron. Il avait suggéré que Maurice attende la déclaration promise par le Premier ministre britannique à la Chambre des Communes sur les Chagos. « We can’t wait unduly Cameron with his statement. Il a réclamé une semaine supplémentaire pour soumettre des propositions. Nous en aviserons au moment voulu », dira le Premier ministre.
Bérenger : I’m cautiously optimistic. We should be very careful. Je me demande si le Premier ministre se rappelle que quand lui et moi étions au gouvernement, nous avions envisagé d’autres initiatives en marge du recours aux Nations unies. Est-il disposé à revoir ces mêmes actions pour soutenir notre demande aux Nations unies et pour ventiler notre combat contre cette injustice ?
SAJ : Le passé c’est le passé. There has been no positive results. Les Anglais seraient trop contents si nous nous engagions dans cette voie. Je suis convaincu d’avoir pris la bonne décision. Londres ne va jamais résoudre le différend des Chagos de manière amicale.
Bérenger : Le Premier ministre semble ne pas se rappeler de ces initiatives autres que devant les Nations unies et de nature légale. Que compte-t-il faire ?
SAJ : I’ve considered all these…

http://www.lemauricien.com/article/chagos-souverainete-et-resettlement-indissociables

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

GUERRE EN IRAK - CHILCOT REPORT : Diego Garcia entraîné dans une action illégale de Blair

Post  Sirop14 on Fri Jul 08, 2016 10:32 am

GUERRE EN IRAK - CHILCOT REPORT : Diego Garcia entraîné dans une action illégale de Blair

Lindsey Collen de Lalit : « The Chilcot Report gives added weight for the need for SAJ to go ahead in the UN General Assembly and the UN International Court of Justice at The Hague »

http://www.lemauricien.com/article/guerre-en-irak-chilcot-report-diego-garcia-entraine-action-illegale-blair

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

ÉCONOMIE - ÉTUDE DE L’ODI : Brexit, Maurice fait partie des pays les plus vulnérables

Post  Sirop14 on Sat Jul 09, 2016 9:19 pm

ÉCONOMIE - ÉTUDE DE L’ODI : Brexit, Maurice fait partie des pays les plus vulnérables

ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 9 JUILLET, 2016 - 10:00

Une dévaluation de 10 % de la livre sterling se traduira par un manque à gagner annuel de Rs 1,7 milliard à court terme
ODI : « A reversal in UK FDI is a key risk for Mauritius, South Africa, Nigeria, Kenya, Ghana and Zambia »
Sucre : une aubaine avec la remontée de 10 % depuis le 23 juin et le Syndicat des Sucres prévoyant de verser aux planteurs Rs 15 000 par tonne de sucre au lieu des Rs 13 166 de 2015

http://www.lemauricien.com/article/economie-etude-l-odi-brexit-maurice-fait-partie-des-pays-les-plus-vulnerables

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

SOUVERAINETÉ MAURICIENNE SUR LES CHAGOS : Bérenger propose “Un Bateau Pour Diego”

Post  Sirop14 on Mon Jul 11, 2016 9:41 am

SOUVERAINETÉ MAURICIENNE SUR LES CHAGOS : Bérenger propose “Un Bateau Pour Diego”

Cette opération-choc vise à alerter l’opinion publique internationale de la revendication de la souveraineté mauricienne sur l’archipel démembré
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 10 JUILLET, 2016 - 20:00

http://www.lemauricien.com/article/souverainete-mauricienne-sur-les-chagos-berenger-propose-bateau-diego

SAJ EN RÉPONSE À DAVID CAMERON : « Pa kapav attan indéfinima »
http://www.lemauricien.com/article/saj-en-reponse-david-cameron-pa-kapav-attan-indefinima

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

DOSSIER CHAGOS : “Géré par des amateurs”, selon Navin Ramgoolam

Post  Sirop14 on Sun Jul 17, 2016 11:35 am

DOSSIER CHAGOS : “Géré par des amateurs”, selon Navin Ramgoolam

Le leader du PTr déplore “l’erreur du MMM en 1982 de signer un accord avec les Anglais”
ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN | 17 JUILLET, 2016 - 07:00

Pour sa première sortie après la période de trêve en raison du Ramadan, le PTr a choisi la circonscription N°2, Port-Louis Sud/Port-Louis Central, pour réunir ses troupes vendredi soir à Boulevard Victoria, Vallée Pitot. L’occasion pour le leader des Rouges de faire appel à la conscience “des vrais musulmans”, estimant qu’”un musulman ne peut voter pour le MSM”. Outre les critiques envers les membres du gouvernement, Navin Ramgoolam a été très virulent sur le dossier Chagos. S’il accuse le MMM d’avoir signé un accord “in full and final compensation” avec Londres en 1982, il estime qu’aujourd’hui ce dossier est géré par “des amateurs, des ignorants”. Il déplore en outre que le gouvernement dévoile sa stratégie aux Anglais avant d’attaquer.

http://www.lemauricien.com/article/dossier-chagos-gere-des-amateurs-selon-navin-ramgoolam

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

SOUVERAINETÉ SUR LES CHAGOS : Dans la fronde de Maurice

Post  Sirop14 on Mon Jul 18, 2016 9:25 am

SOUVERAINETÉ SUR LES CHAGOS : Dans la fronde de Maurice

http://www.lemauricien.com/article/souverainete-sur-les-chagos-la-fronde-maurice

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

NAVIN RAMGOOLAM SUR HERITAGE CITY : « Pou ki fer ti pou fer ça ? Pou donn enn cadeau Anerood Jugnauth ? »

Post  Sirop14 on Tue Aug 09, 2016 9:43 am

NAVIN RAMGOOLAM SUR HERITAGE CITY : « Pou ki fer ti pou fer ça ? Pou donn enn cadeau Anerood Jugnauth ? »

http://www.lemauricien.com/article/navin-ramgoolam-sur-heritage-city-pou-ki-fer-ti-pou-fer-ca-pou-donn-enn-cadeau-anerood-jugna

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

ASSEMBLÉE NATIONALE: CSR ou place au consensus et au « Wishful Thinking »

Post  Sirop14 on Sun Aug 14, 2016 10:16 am

ASSEMBLÉE NATIONALE: CSR ou place au consensus et au « Wishful Thinking »

À deux reprises, le leader de l’opposition, Paul Bérenger, s’adresse à Pravind Jugnauth en tant que Right Honourable Prime Minister en ajoutant « if that were true »
http://www.lemauricien.com/article/assemblee-nationale-csr-ou-place-au-consensus-et-au-wishful-thinking

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

À GOODLANDS : Ramgoolam réclame la démission de SAJ

Post  Sirop14 on Sun Aug 14, 2016 10:17 am

À GOODLANDS : Ramgoolam réclame la démission de SAJ
«SAJ utilise l’argent de la population comme si c’était son argent. S’il ne sait pas assumer ses responsabilités, qu’il parte », a lanc...

http://www.lemauricien.com/article/goodlands-ramgoolam-reclame-la-demission-saj

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

COMMÉMORATION : Port-Louis fête les 50 ans de son accession au statut de Cité

Post  Sirop14 on Tue Aug 16, 2016 11:57 am

COMMÉMORATION : Port-Louis fête les 50 ans de son accession au statut de Cité

Un mois d’activités ouvertes au public en cours avec beaucoup d’accent sur les sports
ARTICLE PARU DANS WEEK-END | 15 AOÛT, 2016 - 00:00

Port Louis, la capitale du pays, fête ce mois-ci le 50e anniversaire de son accession au statut de Cité. Le conseil municipal a prévu une série d’activités pour commémorer l’événement. Ces activités, auxquelles sont invités les membres du public, prendront fin le 17 septembre.
Dans un message qu’il a fait publier dans un modeste livret de six pages intitulé Port Louis City towards excellence, le lord-maire, Mohammad Oumar Kholeejan, rappelle d’abord que Port-Louis existe depuis 281 ans, sa construction ayant débuté en 1735.
Selon le lord-maire, en tant que chef lieu du pays et Cité, “Port Louis a été témoin d’événements natio-naux, politiques et sociaux majeurs. Son paysage a beaucoup changé, s’est beaucoup modernisé avec des constructions en hauteur, mais la Cité n’a jamais renié son héritage et son histoire, et elle est restée fidèle à sa devise “harmonie et progrès”.

http://www.lemauricien.com/article/commemoration-port-louis-fete-les-50-ans-son-accession-au-statut-cite

Sirop14

Posts : 5686
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Re: IIe république: Bérenger pour des pouvoirs accrus au Président

Post  Sponsored content


Sponsored content


Back to top Go down

Page 3 of 6 Previous  1, 2, 3, 4, 5, 6  Next

View previous topic View next topic Back to top

- Similar topics

 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum