Jean Claude de l’Estrac : « l’Indianocéanie doit peser dans les affaires du monde

View previous topic View next topic Go down

Jean Claude de l’Estrac : « l’Indianocéanie doit peser dans les affaires du monde

Post  Sirop14 on Sun Jul 15, 2012 10:30 am

Jean Claude de l’Estrac : « l’Indianocéanie doit peser dans les affaires du monde

Le nouveau secrétaire de la Commission de l’Océan Indien (COI) donne un aperçu de ce que sera sa mandature. Il réitère sa volonté de donner une nouvelle impulsion à l’organisation régionale ainsi qu’une nouvelle dimension au concept de l’Indianocéanie.

Quelle doit être selon vous la vision de la COI en matière de coopération régionale ?

La vision elle existe déjà, elle existe de manière institutionnelle depuis 30 ans, elle existe même, imposée par la géographie et l’histoire, depuis des siècles. Elle tient à une nécessité : des pays géographiquement proches, partageant un même océan, une même histoire, collectivement isolées et éloignées du reste du monde, ont intérêt à se rapprocher davantage, à mettre en commun leurs moyens, pour chercher à peser dans les affaires du monde. Faute de quoi l’Indianocéanie – les îles du sud-ouest de l’océan Indien – risque la marginalisation.

C’est cette vision qui a présidé à la création de la Commission de l’océan Indien en 1982 à Maurice et qui a trouvé son institutionnalisation par l’Accord de Victoria aux Seychelles en 1984. Depuis elle s’est opérationnalisée par un ensemble de projets qui tous participent à un effort collectif de développement intégré. Le secrétaire général sortant, l’ambassadeur Callixte d’Offay vient de faire un bilan impressionnant de projets mis en œuvre au cours de ces dernières années.

Pensez-vous que la COI doit se cantonner à un forum de cinq membres ou est-il temps de penser à une ouverture vers d’autres pays de la région ?

Sur un certain nombre de projets, la COI collabore déjà avec d’autres pays de la région de l’Afrique australe et orientale. Prenons un exemple : la lutte contre la piraterie dans l’océan Indien combattre la piraterie qui impose un surcoût sur les transactions commerciales dans la région nécessite, bien entendu, une très large coopération. En 2010 s’est tenue une première réunion ministérielle qui avait vu la participation du Kenya, de l’Afrique du sud, de Djibouti, du Mozambique.
Sur d’autres projets également la COI collabore étroitement avec des pays de la région Afrique australe et orientale, il y a notamment le Plan régional de surveillance des Pêches, le Plan de lutte contre la pollution marine, le projet du suivi de l’environnement par satellite, le projet d’Appui à la gestion intégrée des zones côtières.

Comment situer la COI par rapport à d’autres regroupements régionaux tels que la SADC et le COMESA ?

L’architecture de la coopération internationale, notamment le système de financement des projets d’intégration régionale de l’Union européenne, impose une étroite collaboration entre les organisations des sous-régions.

En ce moment même se tient à Maurice une réunion technique de l’Inter-Regional Coordinating Committee (IRCC) qui comme son nom l’indique vise à coordonner et à harmoniser les stratégies d’intégration régionale de quatre organisations de la région de l’Afrique australe et orientale et de l’océan indien bénéficiaires de l’aide de l’Union européenne dans le cadre du Fond européen de développement (FED). Le Common Market of Eastern and Southern Africa (COMESA), l’East Africa Commission (EAC), l’Inter-governmental Authority on Development (IGAD), et la Commission de l’océan Indien (COI) y participant en présence de la SADC. Cette coordination s’est imposée suite à la proposition de l’Union européenne de regrouper les organisations de l’Afrique australe et orientale dans une même programmation de l’aide allouée par le FED.
Les organisations régionales doivent donc concilier un double objectif : promouvoir une plus grande intégration entre les pays de leur propre région et assurer une meilleure coordination stratégique avec leur région élargie. C’est ce qui se fait non sans difficultés.

Nous avons vu des interventions de la SADC aux côtés de l’Union africaine dans une tentative d’apporter de solutions à la crise malgache. Pensez-vous que la COI devrait se prononcer sur les enjeux politiques ?

Le conseil des ministres de la COI a donné à l’organisation un mandat politique et diplomatique clairement défini. C’est le sommet des chefs d’Etats et de gouvernements de la COI de 2005 qui a fixé cet objectif. Depuis 2008 ce rôle s’est renforcé. La COI est appelée à promouvoir la stabilité dans la région en participant au dialogue politique, aux règlements des crises régionales, au renforcement de la démocratie.

La question de la stabilité régionale est systématiquement inscrite à l’ordre du jour des réunions de la Commission. C’est d’ailleurs en vertu de ce mandat que le président de la COI, alors le ministre mauricien des Affaires étrangères, Arvin Boolell, avait conduit deux missions à Madagascar, l’une pour évaluer la situation en 2009, l’autre en avril 2011, pour apporter le soutien de la COI à la feuille de route. La COI a joué alors un rôle crucial. En ce moment le président Jean Paul Adam, ministre des Affaires étrangères des Seychelles, est très actif sur le dossier. La COI entend jouer en rôle encore plus significatif d’autant plus que les acteurs politiques malgaches eux-mêmes le souhaitent estimant que la COI a une bonne expertise des enjeux.

Quel rôle pour Madagascar au sein de cet ensemble régional ?

Je viens de le redire : Indianocéanie, en tant qu’espace régional, ne décollera vraiment que quand Madagascar sortira enfin de son marasme politique et économique. Il faut aider les Malgaches, de préférence en évitant de les boycotter, de les isoler, d’étouffer une activité économique et commerciale qui permet encore à la population de survivre, péniblement, malgré la crise politique. Compte tenu de l’évolution positive de la situation politique, la COI a d’ailleurs demandé la levée des sanctions contre Madagascar. Il faudrait que dans la logique de cette position, les pays membres de l’organisation donnent des gages concrets de leur soutien à Madagascar. J’ai noté des incohérences.

Aux yeux du grand public, la COI est une organisation quasi-inexistante. Comment faire pour vulgariser la mission et le travail de la commission ?

Le grand public est malheureusement tributaire de la presse pour s’informer. On ne peut pas dire que les journalistes ont manifesté un grand intérêt pour les affaires de la COI. C’est qu’il s’agit le plus souvent de projets techniques, de questions plutôt arides, de projets transfrontaliers.

Il est vrai aussi que la COI n’a pas toujours été très efficace dans sa stratégie de communication. Mais les choses changent. Il y a depuis plusieurs mois, au sein de l’organisation une nouvelle stratégie qui se met en place. Je vais accompagner et amplifier le mouvement.

C’est en tenant compte de ce besoin d’information et de communication que j’ai proposé la création d’une chaîne de télévision régionale, je la vois comme une plateforme d’échanges culturels et économiques, la voix de l’Indianocéanie. Je prétends que les progrès technologiques, les fibres optiques, le satellite font que ce projet est aujourd’hui réalisable. Il y a déjà une base à partir de laquelle nous pouvons construire, il y a l’Association des radios et des télévisions de l’océan Indien, l’Artoi, il y a l’outil de coopération régionale, l’Orca, qui a même déjà commandé des équipements pour échanger des images par satellite et qui dispose d’un budget. Je pense qu’il faut aller plus
loin.



Ci-joint vous trouverez le discours de Jean Claude de l’Estrac.

http://www.lexpress.mu/story/40560-jean-claude-de-l-estrac-l-indianoceanie-doit-peser-dans-les-affaires-du-monde.html


Comment: We are very surprise that for somebody of his caliber at this late hour and juncture he make this statement.

TGhe Sechelles Seychelles under President FA Rene - we have been involved in managing, making due in put in the affairs of the world.

What the SIROP Blog is all about and what we have address the International communities. Particularly - the COMECON change, the USSR change and recent mega global political scandal and Finacial.

Somebody ought to point our comment to Mr Jean Claude de l’Estrac, by the way the need/requirement we did the original research of the COI, when those Mauritian contacts by UN/UNIDO/World Bank had commented and stated we were mad/crazy for even thinking of such a conept in 1979 - the Mauritius/British relation, Seychelles and Communist relation.

http://sirop-cdu-alliance-snm.blogspot.co.uk/

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

la rencontre entre Rajoelina et Ravalomanana aura lieu aux Seychelles

Post  Sirop14 on Fri Jul 20, 2012 11:48 am

la rencontre entre Rajoelina et Ravalomanana aura lieu aux Seychelles

Une avancée dans le processus de sortie de crise à Madagascar. Les deux principaux protagonistes de la crise politique malgache se rencontreront la semaine prochaine aux Seychelles.

Il est prévu que la rencontre entre le président de la Transition à Madagascar, Andry Rajoelina et le chef de l’Etat déchu Marc Ravalomanana, décidé depuis quelque temps, aura lieu, le mardi 24 juillet 2012, aux Seychelles. Le réunion aura lieu en présence de James Michel, président de la République des Seychelles, et président en exercice de la Commission de l’océan Indien (COI). Le chef de l’Etat sud-africain Jacob Zuma sera également présent.

Plusieurs autres personnalités seront présentes sur le sol seychellois au moment de la réunion. Le nouveau secrétaire général de la COI, Jean-Claude de l’Estrac s’envole pour Mahé, ce vendredi 20 juillet. Il sera aux côtés du président seychellois lors de la rencontre Rajoelina-Ravalomanana. Les autres membres de la Troïka de la SADC, l’organisation des états de l’Afrique australe, à savoir les représentants de la Zambie et de la Tanzanie seront également aux Seychelles.

Il faut rappeler qu’en mars 2009, les militaires avaient pris le pouvoir à Madagascar pour ensuite le remettre à Andry Rajoelina qui était alors le maire d’Antananarivo. Cela dans la foulée des troubles qui avait eu lieu dans la capitale malgache. Les forces de l’ordre avaient ouvert le feu sur des manifestants devant le palais présidentiel, le 7 février 2009, faisant plusieurs morts.

Le président déchu Marc Ravalomanana s’est exilé en Afrique du sud. La Sadc a suspendu l’Etat malgache de toutes ses instances et la communauté internationale ne reconnaît pas le régime Rajoelina.

Plus tard la SADC avait confié une mission de médiation à l’ancien président mozambicain Joachim Chissano. Celui-ci a effectué plusieurs missions à Tana. Des réunions ont également eu lieu à Maputo et les parties se sont mises d’accord sur une feuille de route pour une sortie de crise.

Toutefois, la mise en œuvre de la feuille de route s’est avérée laborieuse. Un gouvernement comprenant des représentants de tous les partis a bien été constitué, mais les ministres pro-Ravalomanana boudent les réunions de l’exécutif.

Par ailleurs, Marc Ravalomanana qui a été condamné à perpétuité par contumace, à Madagascar pour avoir, selon l’acte d’accusation « ordonné à sa garde présidentielle de tirer sur des Malgaches », a été appelé à se présenter devant un tribunal en Afrique du Sud, le 1er août 2012. Une plainte a été déposée au pays de l’exil de Marc Ravalomanana par un groupe de personnes se présentant « comme les victimes de la fusillade du 7 février 2009 ».

Si les parties en conflit parviennent à trouver un terrain d’entente lors de la rencontre Rajoelina-Ravalomanana, aux Seychelles, ces revendications seront, sans doute abandonnées. Une sortie de crise pourra alors être entrevue.

http://www.lexpress.mu/story/40711-madagascar-la-rencontre-entre-rajoelina-et-ravalomanana-aura-lieu-aux-seychelles.html

Comment: We read this very surprising news at the ex Firebrigade Center we have been using in Islington for the past 5 years to support our Sechelles Seychelles complex community workings.

On Holloway Rd, the Resource Center/ex LVSC the forcasted opening end of July 2012.

Now - having stated how our Sechelles Seychelles what we have come to term "greater archaic, heraldic, illuminati, templar, fraternal, Masonic "workings those who managed, worked with those issues past 35 years.

The Older Generation have left us and our generation, what we have been taught, experience and the system in our time - we have had to understand and learn to manage.

It was the acquired knowledge, understanding of such working which enable us to weight and understand some of the great debacle of Europe past - present and future.

We understood the working of the USSR, the Two Germany, division and later Reunification.

We understood the greater issues of Austria - its Empire, wars, history and the two wars which was started because of Austria - the assasination of the Archduke and that of Adolf Hitler ( Snicklegruber) mothers maiden name.

We understood the greater issues of Yugoslavia and then President Tito, the so call Balkan War and those particularly from Britain who played mischief - knowing fully well our Sechelles Seychelles connection and working manipulated it to the maximum and what really took place in the so call Balkan War, NATO and the trials - the utter lies. Had our Sechelles Seychelles Community greater workings been in France or Belgium - the outcome of that War would have been very different. Why those involved wanted to help tear that country apart, like they have done in North Africa Recently, Iraq, and Syria. They wanted to do the same in Seychelles and we made it plain - we know very the greater "archaic, illuminati, masonuic, templar - heraldic working and how they are managed - there would be very devastating reprecussion and consequences. We do not work like Africa or North Africa."

Because of these important understanding - how we were able to contribute to many important global issues, political social and economic changes - particularly the COMECON.

Most important the greater management mechanism in wars and conflicts.

We were importantly involved in President Francois Mitterrand challenges of the Union of German and the future role of France.

Hence what we have written - those who had wanted to change Seychelles by use of force/arm and we said there were/was alternative based upon our ancestral archaic, illuminati, fraternal, templar, christian and masonic workings and we put this in application - this changed Seychelles.

The ensuing daynamic changed the Region, it changed Madagascar, it changed Mauritius, Comore, Sirlanka, Maladive, South Africa, Kenya, Mozambique, Zimbabwe, Ethopia, Somali, and North Africa - it contributed to important change in the OAU and what we have address about the making of the African Union and our working with the President Ghadaffi. We have contributed to positive issues of Palestine.

Those who know and understand such workings - they abused it and manipulated it and we had the first Gulf War and what ensued in Iraq. Those who know the issues.

The reprecussion of that SIROP combined program - changes in the USSR and COMECON, brought Mandela to power and the ANC, it contributed importantly to the last president of Madagascar coming to power, his poor start and what become of him and the corruption - those leading strategist and military personalities who know and monitor such issues and who they apply it/manipulate it and then lie/cover up.

This said events the past 21 years in Seychelles and the Region. Seychelles and Mauritius used its/this "archaic, illuminati, fraternal, templar, christian, masonic to -" benchmark - develop management system , structures for their society, government working and economy and the impact this have had as such their role in the African Union the past 7 years.

In choosing Sechelles Seychelles for this historic meeting the former Head of Madagascar have informed himself of our abilities and so to the current Head of State of Madagascar - Dr Kofi Anan former Head of the UN knew and is fully aware of the issues we have address above so to former Head of IMF Mr DSK.

We have used those understanding to manage our greater issues of the COI and the RIM Association.

There is the need for all of you reading this thread to please think hard. Those who abuse this working and the mega financial scandal, political and the rest.

We have stated time and time again of the requirement and need to move the greater working of that SIROP etc program to mainland EU and the marked stability which will develop in world politic, regional Indian Ocean and Asean.

It will be point less for those who will gather and mee in Seychelles next week to come to some kind of accord and that SIROP program remains/get stuck in London - where those who really know the working and issues ruthless exploite and manage the issues and the end results.

We have been fairly blunt and we trust all those of you with your degree and given involvement in the forthcoming gathering between those to personality - we take note and be condusive that SIROP is move from London to Bruxelles or Paris or Strassbourg and as such formulate your policies and strategies.

We request and ask the Seychelles media to be notify of our thread and those form the Opposition, Hon Wavel Wankalawan, SFP - Mr christopher Gill, Mr Ralph Volcer of NDP, Mr Phillippe Boulle of Independent and the current leader of Opposition.

We also ask those who can to point our thread to Dr Navin Ramgoolam, Mr Paul Beranger and those involved in Mauritius greater/High politic.

We know that the South African respective Services are monitoring our forum and the African Union too.

The European Union respective Services and that of USA, China and the Russia, beside Isreal, Australia, India, Pakistan, Iran and others.

When President Mandela was in Office we were invited to visite South Africa, we have never been able to take this offer. We have been offered to visit Madagascar at the begening of this conflict what we have written and address - again we have not been above to go to Madagascar. There is the important requirement and need to spell and state bluntly Presiden J A Michel as such do not have sufficient understanding and so call management understanding.

Those who have acclaimed President J R Mancham a the great International peace maker and reconciling person - given the former position and role of President Mancham he has a good understanding of those working and have taken to taking important credit , cashing in and making/building a reputation for himself - when it goes wrong he cannot solve the problem and so too President J A Michel.

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Rencontre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina

Post  Sirop14 on Mon Jul 23, 2012 2:56 pm

Le 24 juillet aux Seychelles

Toutes les parties n’ont pas encore confirmé, mais il apparait désormais que c’est le 24 juillet prochain et aux Seychelles qu’aura lieu la rencontre entre l’ancien président Marc Ravalomanana et le président de la Transition, Andry Rajoelina. Le réunion aurait lieu en présence de James Michel, président de la République des Seychelles, également président en exercice de la Commission de l’océan Indien (COI). Le chef de l’Etat sud-africain Jacob Zuma serait également présent.

Cependant, ce sera le vice-ministre sud-africain en charge des relations extérieures et de la coopération internationale, Marius Fransman, qui devrait être la principale cheville exécutive de la médiation. Le mandat qui lui a été confié par la SADC est en effet valable jusqu’au début du mois d’Août. Et c’est également le 1er août que la CENIT (Commission électorale nationale indépendante de la transition) doit annoncer le calendrier électoral.

Recueilli par Yann

Source Madagascar Tribune

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Mutinerie au 1er RFI Ivato -Bilan : 3 morts et 4 blessés

Post  Sirop14 on Mon Jul 23, 2012 3:01 pm



Les quartiers militaires d’Ivato (1er RFI et BANI) ont été ce dimanche 22 juillet 2012, le théâtre d’une mutinerie qui s’est soldée par trois (3) morts et quatre (4) blessés. Parmi les morts, figure le caporal Koto Mainty, dit « Black », présenté comme le chef des mutins ; c’est un ancien garde du corps du générl Noël Rakotonandrasana, lui même ancien ministre des Forces armées, aujourd’hui en prison à la suite de la « mutinerie » du 17 novembre 2010, toujours dans le camp militaire d’Ivato. On a recensé également un capitaine dénommé Pascal (non mutin), parmi les morts si parmi les blessés, on relève un adjudant chef qui s’appelle Isaorana et qui ferait partie des mutins.

Les raisons de cette mutinerie de ce dimanche 22 juillet sont encore floues mais on présume qu’avec les quelque 120 soldats que les mutins auraient pris en otage, l’affaire apparaît comme menaçante. D’autant que des échanges de tirs ou des tirs en l’air s’étaient fait entendre dans les parages dès 5h du matin. Négociations, échanges de tirs et feux nourris se sont succédés à l’accalmie. Vers le milieu de l’après-midi, un premier contingent des otages composés de nouveaux circonscrits est sorti du camp militaire et a été pris en charge par les forces de l’ordre. Un second contingent a été libéré en fin d’après-midi. En tout cas, le calme est revenu en début de soirée, la situation est maîtrisée par les forces légales.

De plus amples informations sont attendues ce lundi 23 juillet de la part du président de la transition qui donnera un point de presse avant de s’envoler pour les Seychelles. Contrairement aux commentaires d’une partie de l’opinion donc, la « mutinerie » de ce dimanche 22 juillet n’aura pas empêché le président de la transition de rencontrer Marc Ravalomanana.

Recueilli par Bill

Source Madagascar Tribune

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Mutinerie au camp du 1er RFI Ivato ce diamnche 22 juillet 2012

Post  Sirop14 on Mon Jul 23, 2012 3:06 pm




Tôt le matin du dimanche 22 juillet 2012, des hommes armés conduit par un caporal nommé Koto Mainty, dit « Black », ancien garde du corps de l’ancien ministre des forces armées Rakotonandrasana Noël actuellement en prison à Tsiafahy, ont pris d’assaut le camp du 1er RFI d’Ivato. Après des heures de négociation, les éléments de l’EMMO-REG ont dû attaquer. Bilan, au moins trois morts dont le capitaine Pascal du RFI, le chef des mutins caporal Black et des blessés.

Source Madagascar Tribune

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Le calme est revenu à Madagascar, Rajoelina part pour les Seychelles

Post  Sirop14 on Mon Jul 23, 2012 3:10 pm


Le président de la Transition malgache, Andry Rajoelina, s''est envolé ce lundi pour les Seychelles où il doit rencontrer son rival, l'ancien président Marc Ravalomanana, au lendemain d'une mutinerie matée dans une base militaire, a constaté une correspondante de l'AFP.

Malgré les événements de dimanche, qui ont fait trois morts, Andry Rajoelina s'est dit prêt à partir et "prêt à négocier avec Marc Ravalomanana pour que la paix revienne". "Cette fois, pour cette rencontre aux Seychelles, la SADC a réduit le nombre de membres de la délégation, donc ce sera un face-à-face avec Marc Ravalomanana", a-t-il expliqué, en malgache, devant des journalistes depuis une base aéronavale des environs d'Antananarivo, avant de s'envoler.

La rencontre entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, qu'il avait déposé début 2009, doit avoir lieu mercredi aux Seychelles, sous l'égide de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), qui parraine le processus de retour à l'ordre constitutionnel sur la Grande Île.

Les deux rivaux ont signé plusieurs accords à Maputo et Addis Abeba en 2009 puis tenté de nouvelles négociations à Pretoria en 2010 et Gaborone en 2011, sans parvenir à trouver une véritable issue à la crise.

La SADC leur a donné jusqu'au 31 juillet pour régler leurs différends, la signature d'une "feuille de route" devant préparer la sortie de crise, en septembre 2011, n'ayant pas permis de progrès notables.

Des mutins aux revendications inconnues avaient provoqué des affrontements, dimanche, sur une base militaire proche de l'aéroport, faisant au moins trois morts et quatre blessés. Ils ont été matés dans la soirée. Le trafic de l'aéroport international d'Antananarivo, suspendu en raison de sa proximité avec la base mutinée, a été rétabli dimanche soir.

Sources : Le Point.fr & AFP
Source Mauritius L'express

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Madagascar : La rencontre aux Seychelles, une étape clé pour la sortie de crise

Post  Sirop14 on Tue Jul 24, 2012 12:03 pm



L’évènement de dimanche à Ivato met une pression supplémentaire sur les deux interlocuteurs de la rencontre aux Seychelles qui aura lieu mardi et mercredi.

Un élément nouveau au moment où on ne s’y attendait pas. L’événement armé qui s’est produit, dimanche, à Ivato, risque (…) de mettre un peu plus de pression sur la rencontre prévue par la Troïka de la SADC, mardi et mercredi, aux Seychelles entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, respectivement Président de la Transition et ex-Président de la République.

Si les deux camps protagonistes respectifs notent que cela n’affecte pas les préparatifs, ils s’adressent néanmoins des piques qui pourraient envenimer le tête-à-tête entre les deux chefs de file.

« C’est une manœuvre de diversion pour essayer de retarder le tête-à-tête prévu dans quelques jours. Ils veulent démontrer qu’ils maîtrisent la situation », avance Mamy Rakotoarivelo, chef de la délégation Ravalomanana. Le lieutenant de Marc Ravalomanana omet intentionnellement de préciser le destinataire de sa pique, clairement destinée à l’autre interlocuteur aux Seychelles. « Ce qui s’est passé aujourd’hui (dimanche, ndlr) a logiquement attiré notrebattention, mais pas au point de dévier de notre objectif à court-terme, c’est-à-dire la rencontre aux Seychelles », assure un membre de cette mouvance de l’opposition.

Lanto Rakotomavo, secrétaire nationale du Tanora malagasy vonona ( TGV, pro-Rajoelina), accuse pour sa part « ceux qui feignent de ne pas voir la réalité et qui perdent du temps à des actions qui ne vont pas dans le sens d’une sortie de crise ». Une pique également, même si le terme et le ton employés ne semblent destinés à personne en particulier.

Délégation réduite

Quoi qu’il en soit, cet événement (mutinerie de dimanche) est intervenu dans un contexte très particulier. Les deux chefs de file, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, sont programmés se rencontrer mardi et mercredi aux Seychelles. L’entretien entre les deux hommes se fera, parait-il, à huis-clos. Des sources avisées précisent cependant que la délégation a été réduite au minimum. Guy Rivo Randrianarisoa, porte-parole de Marc Ravalomanana, a avancé de son côté un quota de deux personnes à part le chef de file, une version confirmée par le clan Rajoelina. Ces membres de la délégation ne seraient cependant pas autorisées à assister à l’entretien proprement dit entre Rajoelina et ravalomanana. Une résolution devrait également sortir de cet entretien.

Les élections, avec la possible non candidature des deux intéressés aux prochains scrutins, seraient le point d’orgue de cet entretien d’« urgence », convoqué par la SADC depuis plus d’un mois.

Dans un communiqué publié samedi et remis à la presse ce lundi, la Troïka de la SADC reproche à la mouvance Ravalomanana d''avoir communiqué sur la date et le lieu de la rencontre entre le président de la Transition et l'ancien président. Elle affirme ensuite "ordonner" aux parties prenantes de s'abstenir de faire des déclarations publiques.

(Source : Misaina Rakotondratsima/L’Express de Madagascar).

Mauritius l'express

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

SADC et UA Quid de la candidature de Ravalomanana et Rajoelina ?

Post  Sirop14 on Tue Jul 24, 2012 12:08 pm



Dans la classe politique au pouvoir, les préoccupations ou les avis sont partagés sur les sujets de la rencontre des Seychelles entre Marc Ravalomanana. Les consultations effectuées la semaine dernière par la SADC et l’Union africaine à travers son Bureau de liaison à Antananarivo ont permis d’avoir une idée des positions des groupements et formations politiques impliqués dans la Feuille de route et dans le processus de transition mais également les soucis et préoccupations de la communauté internationale. La SADC et l’Union africaine auraient recueilli les avis des parties malgaches sur deux points : Ravalomanana et Rajoelina pourront-ils se présenter aux élections présidentielles d’une part et d’autre part qu’est-ce qui pourrait se passer dans le cas contraire ?

L’UDR-C représenté par Herimanana Razafimahefa, n’est pas contre la rencontre qui devrait aller dans le sens du grand pardon et de l’organisation des élections (c’est du moins ce que l’on a compris) mais que cette rencontre soit réduite à une petite délégation, et que les deux personnalités soient sur un même pied d’égalité – Marc Ravalomanana en tant qu’ancien chef d’Etat et Andry Rajoelina, actuel chef d’Etat reconnu par la Feuille de route.

En d’autres termes, l’UDR-C souhaite-t-il que ne soit plus évoqué nulle part le « coup d’Etat » dont souffre l’image d’Andry Rajoelina et que par contre, l’ancien chef d’Etat est sous le coup d’une condamnation du tribunal malgache et qu’il faut ce grand pardon ? En tout cas, l’association des victimes du 7 février 2009 ne souhaite qu’une chose, poursuivre Marc Ravalomanana devant toutes les juridictions.

Recueilli par Bill


Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

SADC et UA Quid de la candidature de Ravalomanana et Rajoelina ?

Post  Sirop14 on Tue Jul 24, 2012 12:11 pm


Dans la classe politique au pouvoir, les préoccupations ou les avis sont partagés sur les sujets de la rencontre des Seychelles entre Marc Ravalomanana. Les consultations effectuées la semaine dernière par la SADC et l’Union africaine à travers son Bureau de liaison à Antananarivo ont permis d’avoir une idée des positions des groupements et formations politiques impliqués dans la Feuille de route et dans le processus de transition mais également les soucis et préoccupations de la communauté internationale. La SADC et l’Union africaine auraient recueilli les avis des parties malgaches sur deux points : Ravalomanana et Rajoelina pourront-ils se présenter aux élections présidentielles d’une part et d’autre part qu’est-ce qui pourrait se passer dans le cas contraire ?

L’UDR-C représenté par Herimanana Razafimahefa, n’est pas contre la rencontre qui devrait aller dans le sens du grand pardon et de l’organisation des élections (c’est du moins ce que l’on a compris) mais que cette rencontre soit réduite à une petite délégation, et que les deux personnalités soient sur un même pied d’égalité – Marc Ravalomanana en tant qu’ancien chef d’Etat et Andry Rajoelina, actuel chef d’Etat reconnu par la Feuille de route.

En d’autres termes, l’UDR-C souhaite-t-il que ne soit plus évoqué nulle part le « coup d’Etat » dont souffre l’image d’Andry Rajoelina et que par contre, l’ancien chef d’Etat est sous le coup d’une condamnation du tribunal malgache et qu’il faut ce grand pardon ? En tout cas, l’association des victimes du 7 février 2009 ne souhaite qu’une chose, poursuivre Marc Ravalomanana devant toutes les juridictions.

Recueilli par Bill

Source Madagascar Tribune

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Tempêtes sous les crânes

Post  Sirop14 on Tue Jul 24, 2012 12:13 pm



Manipulation pour torpiller la rencontre aux Seychelles de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, acte désespéré pour retourner le rapport de forces avant cette rencontre, ou initiative un brin décousue de quelques francs-tireurs ? La tentative de mutinerie qui a eu lieu Dimanche à la base du 1er RFI a provoqué une multiplication d’hypothèses. Pour les uns, c’est le Pouvoir qui manigancerait pour que la rencontre entre les deux protagonistes de la crise n’aboutisse à rien, car une avancée politique représenterait une perte d’avantages pour ses tenants et le risque de retour d’un Marc Ravalomanana. Pour les autres, ce serait plutôt l’opposition qui aurait cherché, par une démonstration de sa capacité de nuisance, à peser dans la négociation à venir. Pour les tenants de cette thèse, la preuve d’un coup monté serait constituée par le titre alarmiste et datant du 12 juillet d’un journal, indiscutablement sympathisant du clan Ravalomanana mais aussi grand amateur de titres sensationnalistes, qui avait annoncé : « Branle-bas au sein des Forces armées : Directoire militaire en gestation ! ».

Cet affrontement de scénarios en est presque distrayant : même ceux qui s’efforcent de rester neutre ne résistent pas à trahir leur inclination en privilégiant une théorie du complot plutôt que l’autre. On en vient à s’interroger sur les impacts de la culture télévisuelle sur nos modes de pensée, car pour la quasi-totalité, ce qui s’est passé Dimanche ne pouvait être qu’un coup tordu manigancé par l’un des deux protagonistes principaux ou leurs très proches. Bien que n’ayant pas le moindre élément pour mettre particulièrement en avant une autre hypothèse, je m’étonne qu’aussi peu de nos contemporains envisagent le scénario « plat et ennuyeux » d’un petit groupe qui aurait tenté d’apporter « sa » solution à la crise sans en référer à ceux qui en sont l’origine... Après tout, si une Lalatiana Rakotondrazafy a pu se rêver un destin national, pourquoi d’autres ne seraient-ils pas tombés dans un travers similaire, à force d’ennui et de désœuvrement ? Qui sait même si le spectacle d’une tuerie du côté de Denver, Colorado, n’aurait pas pu influencer quelques apprentis Batman en herbe ?

Si vous trouvez que je fais preuve d’un excès d’imagination, je ne peux que vous donner raison... Mais c’est aussi le cas de beaucoup d’autres commentateurs et d’acteurs. Les événements ont fait chauffer les esprits alors qu’ils devraient s’efforcer de rester sereins à l’approche d’une négociation délicate. Le communiqué de la SADC demandant aux parties prenantes de s’abstenir de faire des déclarations publiques sonne alors comme un peu amène rappel à l’ordre d’une classe dissipée : l’opportunisme verbal est déclaré inutile au processus. Si les indiscrétions de la mouvance Ravalomanana sur la date et le lieu de la rencontre ont été déclarées inacceptables et malheureuses, les interrogations formulées hier par Andry Rajoelina sur les conséquences d’un éventuel retour de son rival sur le climat d’apaisement entraîneront-elles sans doute aussi des froncements de sourcils...

Source Madagascar Tribune

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Réunion de la crise malgache sur l’île de Desroches, aux Seychelles

Post  Sirop14 on Wed Jul 25, 2012 2:29 pm

« Une solution durable doit être trouvée »

Une solution durable doit être trouvée à la crise malgache, a dit le Président de la République des Seychelles M. James Michel.

Le chef de l’Etat seychellois a fait cette déclaration lors de son allocution hier sur l’île de Desroches où se déroule dans la plus grande discrétion la rencontre entre le Président de la Transition malgache Andry Rajoelina et son principal rival, l'ex-Président Marc Ravalomanana.

Le Président Michel accueille le Président de la Transition malgache Andry Rajoelina

Avant de prononcer son discours, M. Michel a rencontré séparément les deux hommes qui doivent aborder directement les sujets qui fâchent lors d'un tête-à-tête imposé ce mercredi par les pays d'Afrique australe.

L’ex-Président malgache Marc Ravalomanana est salué à son arrivée par M. Michel

En présence des deux leaders malgaches qui se sont mis à table pour discuter de la situation à Madagascar et trouver un accord politique à l’amiable, le Président Michel a dit que depuis le début de cette crise, la COI (Commission de l’Océan Indien) qu’il préside cette année, s’est toujours tenue aux côtés de Madagascar en s’associant aux efforts de la SADC, et en jouant son rôle d’organisation de proximité cimentée par les relations historiques et culturelles qui unissent les peuples de l’Indianocéanie.

« Nous apprécions à sa juste valeur l’effort considérable fait par la SADC pour aider Madagascar à résoudre ses problèmes politiques. Nous avons soutenu ces initiatives parce-ce-que nous pensons qu’elles sont de nature à effectivement aider la population malgache mais aussi parce que le retour de la stabilité à Madagascar est crucial pour tous les pays de notre région de l’Afrique Australe, Orientale et de l’Océan Indien », a dit M. Michel.

Il a ajouté que cette crise a plongé Madagascar dans de profondes difficultés économiques et sociales, et que ses effets pèsent sur le quotidien des populations dont les conditions de vie ne cessent de se dégrader. « Ces conditions sont devenues aujourd’hui insupportables. Des millions de Malgaches sombrent dans la plus extrême pauvreté. Il faut agir rapidement avant que la crise politique ne débouche sur une catastrophe sociale. Cette crise est aussi un handicap pour nous tous, une Grande Ile stable et prospère peut tellement offrir à l’ensemble de la région », a renchéri M. Michel.

Pour le Président seychellois, aujourd’hui, plus que jamais, Madagascar reste au cœur de nos préoccupations. « Une solution durable doit être trouvée. Madagascar a besoin de la mobilisation de toute la communauté internationale, de tous les acteurs politiques et économiques malgaches et de la solidarité effective de tous ses amis et frères. Mais nous savons bien que la légitimité constitutionnelle et la stabilité politique sont des pré-conditions au retour des bailleurs de fonds et des investisseurs privés », a-t-il souligné avant d’ajouter qu’il souhaite que cette rencontre historique dans un des Etats membre de la COI et de la SADC, ici aux Seychelles, soit une avancée significative dans cette longue période d’instabilité politique.

« Nous espérons qu’elle ouvrira de nouvelles perspectives à Madagascar et à la région toute entière », a conclu M. Michel.

A signaler que les deux hommes se sont déjà croisés depuis que Rajoelina, alors maire d'Antananarivo, a déposé Ravalomanana lors d'une révolte populaire au début 2009, mais ils ont toujours évité le face-à-face direct.

Leurs lieutenants ont déjà signé des armistices à plusieurs reprises, sans réussir toutefois à trouver une solution qui permettrait à la Grande Ile de sortir de la crise – politique, mais aussi économique et sociale – dans laquelle elle est engluée depuis plus de trois ans.

Parmi les principales pierres d'achoppement : le retour au pays de l'ancien président – qui vit en exil en Afrique du Sud –, ses démêlés avec la justice, et la question des candidatures à la future présidentielle, qui pourrait avoir lieu en mai ou juin 2013.

Une « feuille de route » de sortie de crise signée en septembre par tous les partis malgaches prévoit bien le retour sans condition de Ravalomanana, mais l'ancien homme fort du pays a été condamné aux travaux forcés à perpétuité par contumace après la mort de plusieurs dizaines de manifestants, tués par sa garde présidentielle en 2009.

Une récente loi d'amnistie ne le concerne pas, et les autorités malgaches ont averti qu'il serait arrêté à son arrivée s'il rentrait au pays. Ravalomanana conteste sa condamnation, prononcée par une cour ordinaire théoriquement pas compétente pour juger un président.

Quand bien même il ne serait pas inquiété par la justice, les modalités de son retour doivent de toute façon être négociées, le camp Rajoelina préférant qu'il rentre discrètement pour éviter toute manifestation importante.

Marc Ravalomanana, qui a toujours dit qu'il rentrerait pour se présenter à une future élection présidentielle (et l'emporter), doit en outre pouvoir se présenter.

Un projet de loi voté par le Parlement exclut les individus condamnés pour crime, et précise que les candidats doivent avoir payé leurs impôts. Or, l'ancien président a une ardoise de plusieurs de dizaines de millions d'euros laissée par sa société agroalimentaire Tiko, dont les infrastructures et les biens ont été détruits ou volés depuis 2009 et qui ne fonctionne plus.

La Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) a sommé les deux protagonistes de se mettre d'accord d'ici le 31 juillet, sous peine de désavouer le responsable d'un éventuel échec.

Le Président sud-africain Jacob Zuma, qui dirige la ‘troïka’, l'organe de défense de la SADC, est attendu sur l'île ce mercredi, pour consacrer un accord, ou éventuellement faire pression sur les deux hommes.

Source Seychelles Nation

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Rajoelina et Ravalomanana quittent Mahé sans un mot à la presse

Post  Sirop14 on Thu Jul 26, 2012 10:29 am

Le président malgache déchu Marc Ravalomanana et le président de la transition Andry Rajoelina, qui l''a renversé en 2009, ont quitté les Seychelles après un face-à-face mercredi présenté comme crucial pour sortir leur pays d'une grave crise politique, a annoncé jeudi le ministère seychellois des Affaires étrangères.

"Le président de la transition malgache Andry Rajoelina et l'ancien président Marc Ravalomanana ont quitté les Seychelles ce (jeudi) matin," a assuré une porte-parole, Amanda Hunt, sans donner de détails sur l'issue de la rencontre.

"Marc Ravalomanana est parti dans un vol commercial, et Andry Rajoelina a lui pris un vol privé", a-t-elle précisé. Des sources concordantes avaient auparavant affirmé à l'AFP que M. Rajoelina avait quitté les Seychelles dès mercredi.

Le président de la transition malgache a prévu une conférence de presse ce jeudi sur son île. Le ministre seychellois des Affaires étrangères, Jean-Paul Adam, doit en tenir une autre à 16H00 à Mahé, la principale île des Seychelles.

La rencontre de mercredi a eu lieu à Desroches, un îlot isolé de l'archipel des Seychelles, situé à quelque 230 km de Mahé. Elle s'est tenue loin des regards des médias, mais en présence des présidents sud-africain, Jacob Zuma, et seychellois, James Michel.

Ces derniers, qui président respectivement la "troïka" de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), l'organe de défense de l'organisation régionale, et la Commission de l'océan Indien (COI), avaient quitté Desroches pour Mahé dès mercredi soir et n'avaient pas dit un mot à la presse à leur arrivée à Mahé.

(Source : AFP).



Source L'express .mu

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

‘Another colourful feather in President Michel’s cap’

Post  Sirop14 on Thu Jul 26, 2012 10:40 am

Note: Sir James Mancham do you know how many public inquiries and trials there had to be before the public got wind of what had happenn to Princess Diana - It was not President James Michel who arranged that meeting - do you want we to break the rules and explain what took place. In any event it is an uttter shame - this same President J A Michel refuse to acknowledge there exist 21,000 - 25,000 exile/refugees from Seychelles across the world for the past 21 years and since 1978 those who fled Seychelles - may be it suits you too because one need to ask the question how often and how much have you worked to help the/their cause or you just go about taking credits for their works and efforts - your very return to Seychelles is questionable. Do not compell us to start on that issue.

‘Another colourful feather in President Michel’s cap’

In my capacity as the founding President of the Republic of Seychelles, as an elected member of Comesa's Committee of Elders and as the recipient of the Gusi Peace Prize Award 2011 for Statesmanship, I would like to offer my warmest congratulations to President James A. Michel for the great initiative he has embarked upon in an endeavour to bring national reconciliation to our neighbouring island/continent "Madagascar".

Referring to the situation between Canada and its big neighbour, the USA, the late Canadian Prime Minister Pierre Elliott Trudeau stated that "whenever the U.S. Elephant trembles, it shakes the grass on Canadian soil". The same situation applies with respect to Seychelles and the other small Nations of the western Indian Ocean vis-à-vis Madagascar. In fact, the population of the small Nations cannot sleep in total peace until and unless peace and stability is restored on the big island.

Over the years since its independence, Seychelles has made it a point never to interfere in the internal politics of the big island. Having recognised this important factor, President Michel has availed of his position as President of the Commission de L'Océan Indien (COI) to invite the two contenders for Malagasy presidency, Mr Andry Rajoelina of the Transitional Government and former President Marc Ravalomanana for a meeting on Desroches Island with a view to an agreement towards national reconciliation under the aegis of SADC, of which Seychelles is an active member.

This initiative will certainly add another colourful and impressive feather to President Michel's cap whatever be the ultimate outcome of the rendez-vous.

Only last month, President Michel invited Mauritius' Prime Minister Navin Ramgoolam to Seychelles to commemorate the signing of a joint Seychelles-Mauritius Agreement to share the ownership of the Mascarene Plateau instead of fighting over it.

The leaders of Madagascar must be motivated by a sense of "noble enlightenment" with a view to achieve a necessary fundamental political transformation within their society in the national interest.

Considering recent history, it would appear that thus far those contending for the leadership of the Malagasy Nation, first think of themselves than the political factions they represent - with Madagascar coming in third place. So long as they continue to think in this order of priority, Madagascar will remain divided and her people will dwell in the abyss of more problems, more difficulties and more confrontations.

With bankruptcy on the doorstep and confusion nationwide, the current leaders have no choice but to realise that the time has come to think about Madagascar first and in these circumstances, sincerely and energetically espouse a sustainable policy of national reconciliation.

Shaking hands over such an agreement by the two contending leaders before they leave Desroches Island would be welcomed not only in Madagascar, in the region but also internationally as in today's global village, Madagascar has a vital contribution to make both politically and economically.

Indeed, all those participating in the high-level dialogue on Desroches Island will be historically remembered for the contribution they make towards bringing long awaited peace and stability in Madagascar. I wish them success in their challenging tasks.

James R. Mancham

Source Seychelles Nation


Last edited by Sirop14 on Thu Jul 26, 2012 10:47 am; edited 1 time in total

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Madagascar talks run into the night

Post  Sirop14 on Thu Jul 26, 2012 10:44 am

Madagascar talks run into the night - 26.07.2012

President Jacob Zuma of South Africa spent the day in Seychelles yesterday and – together with President James Michel of Seychelles – took part in talks between the rival political leaders of Madagascar.

Presidents Michel and Zuma arriving at the Pointe Larue airport yesterday evening from Desroches where the Madagascar talks took place

Mr Zuma – who is the chairman of the Southern African Development Community Organ Troika on Politics – arrived earlier yesterday and was met at the airport by Mr Michel who is hosting current leader Andry Rajoelina and former President Marc Ravalomanana on the resort island of Desroches.

The South African and Seychellois presidents flew to the Desroches SADC and Indian Ocean Commission-led efforts to resolve the political issues of Madagascar.
Seychelles is the current chair of the IOC.

Mr Zuma left around 9pm last night but the Madagascar politicians were still on Desroches where they were believed to continue their discussions.

President Michel seeing off President Zuma at the Pointe Larue airport last night

The SADC and Seychelles government are today expected to shed light on the outcome of the talks.

Source Seychelles Nation

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Rajoelina - Ravalomanana: Tête-à-tête à huis-clos aux Seychelles

Post  Sirop14 on Thu Jul 26, 2012 11:15 am

Rajoelina - Ravalomanana: Tête-à-tête à huis-clos aux Seychelles

Rajoelina et Ravalomanana devront mettre fin à leur rivalité qui date de la victoire du premier aux communales de 2007
Rajoelina et Ravalomanana devront mettre fin à leur rivalité qui date de la victoire
du premier aux communales de 2007

Les deux protagonistes, Rajoelina et Ravalomanana, de la crise seront tout seuls lors de la fameuse rencontre prévue aux Seychelles les 24 et 25 juillet. Leurs partisans respectifs devront rester à la maison. La rencontre entre les deux hommes devrait aboutir à un accord pour dénouer la crise.

D’un côté, Andry Rajoelina, de l’autre, Marc Ravalomanana. Les informations sont distillées au compte-gouttes à quelques jours de la désormais attendue rencontre entre ces deux personnalités, respectivement président de la Transition et ancien président de la République.

D’après des sources sur place, corroborées plus tard par l’ancien chef de l’État, entre autres un des deux acteurs principaux de la rencontre, cette dernière devrait se dérouler à huis-clos entre ces deux personnalités, jugées comme les principaux acteurs de la crise malgache. Les Seychelles, île de l’océan Indien et membre de la commission éponyme, sont fortement pressenties pour accueillir le rendez-vous mardi et mercredi sous l’égide la Troïka.

« La rencontre devrait se dérouler simplement entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina », note une source avisée. Mamy Rakotoarivelo, chef de la délégation Ravalomanana, ne sera en tout cas pas du voyage en compagnie de son chef de file. « Marc Ravalomanana devrait s’y rendre seul, personne ne devrait l’accompagner à l’entretien », confirme le numéro deux de la mouvance Ravalomanana qui pourrait ne pas être du voyage. Les huis-clos seront ainsi de mise, une précision qui aurait été imposée par la Troîka de la SADC. Exit les lieutenants qui ont presque systématiquement accompagné, puis assisté les deux personnalités dans leur périple africain, de Maputo à Windhoeck, en passant par d’autres capitales de la région SADC. Cette dernière voudrait ainsi tenir les deux personnalités « loin de l’influence de leurs proches conseillers », et décider de leur propre ressort sans avoir à débattre avec leurs conseillers.

Ultimatum

Cette fois, la COI semble avoir été entendue par la SADC. En effet, la Commission de l’océan Indien avait revendiqué, depuis un certain temps d’après les précisions, la tenue de cette rencontre dans une des îles de l’océan Indien, Maurice et les Seychelles se disputant le lieu de rendez-vous. Jusqu’à hier, les Seychelles semblent avoir pris une longueur d’avance, même si officiellement, Port Louis n’est pas encore largué. Hanitra Razafimanantsoa, leader de la mouvance Ravalomanana, a expliqué hier que leur chef de file leur a fait part de la réception de la notification de la part de la SADC, l’invitant à se rendre aux Seychelles mardi et mercredi. La partie antagoniste, le Tanora malagasy vonona, par contre, n’a pas confirmé cette notification.

Une source diplomatique locale a affirmé hier que l’officialisation de la rencontre ne se fera que « lundi », soit vingt-quatre heures avant le rendez-vous.

Cette éventuelle rencontre a été convoquée par la SADC « d’urgence », début juin, afin de trouver une issue à la crise actuelle. Plus d’un mois après l’invitation cependant, les choses trainent à se concrétiser. En début de semaine, la Troïka de la SADC a lancé un ultimatum aux deux parties, les invitant à trouver une entente, sous peine d’exclusion du processus. Cette rencontre est annoncée comme une étape majeure dans le processus de sortie de crise.

Jacob ZUma pressenti

La rencontre à huis-clos devrait se dérouler sous très haute surveillance diplomatique, avec une majorité de personnalités plus ou moins liées à la crise malgache. La communication de la Commission de l’océan Indien (COI) a confirmé hier que Jean Claude de L’Estrac, son nouveau Secrétaire général, sera de la partie. Le chef de l’exécutif de la COI devait s’envoler pour Mahé depuis Maurice hier, toujours d’après cette source.

Une autre personnalité locale, et pas des moindres, en l’occurrence James Michel, président de la République des Seychelles, devrait notamment assister sur place au déroulement du tête-à-tête. Ce dernier devrait compléter la liste de la COI en tant que Président d’honneur de cette commission. Dans cette liste d’invités internationaux pourrait également figurer Jacob Zuma, chef de l’État sud-africain, annoncé présent « seulement mercredi ». Des représentants de la Troïka, notamment de la Zambie et de la Tanzanie, seront également sur place. Des médias de presse de l’océan Indien confirment également leur présence.

Misaina Rakotondratsima

Source: LexpressMada 7-21-12

Seychelles E news

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Madagascar: Nouvelle rencontre Rajoelina-Ravalomanana "dans quelques jours"

Post  Sirop14 on Fri Jul 27, 2012 7:57 am

Le président de la Transition malgache Andry Rajoelina a indiqué qu''il rencontrerait à nouveau l'ex-président Marc Ravalomanana "dans quelques jours". C’était lors d’une conférence, ce jeudi, à son retour à Madagascar, au lendemain d'un sommet aux Seychelles entre les deux rivaux.

"Il y aura encore une rencontre dans quelques jours", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il n'avait pas pris de décisions qui auraient risqué de "déstabiliser le pays". "Il y a eu deux réunions: l'une avant-hier (mardi), jusqu'à 2H30 du matin, et la deuxième hier ( mercredi) avec les présidents sud-africain (Jacob Zuma) et seychellois (James Michel). A l'issue des deux réunions, les deux présidents ont décidé de programmer une autre réunion", a-t-il raconté.

La rencontre entre les deux principaux protagonistes de la crise malgache a eu lieu à l'écart des médias à Desroches, un îlot isolé de l'archipel des Seychelles, sous l'égide de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) qui leur a donné jusqu'au 31 juillet pour aplanir leurs différends. `La SADC, qui tente de trouver une issue à la crise dans laquelle est plongé la Grande Ile depuis plus de trois ans, a menacé de désavouer le responsable d'un éventuel échec, qui se retrouverait de fait isolé.

"Après le deuxième round (des négociations dans quelques jours, il y aura ensuite le sommet de la SADC (les 17 et 18 août à Maputo, ndlr). La SADC prendra alors des sanctions contre ce qui font blocage", a noté M. Rajoelina, qui a renversé M. Ravalomanana lors d'une révolte populaire début 2009,

Parmi les principales pierres d'achoppement: le retour au pays de M. Ravalomanana, exilé en Afrique du Sud depuis sa chute, ses démêlés avec la justice et la question des candidatures à la future présidentielle, annoncée pour mai ou juin 2013. Marc Ravalomanana, qui veut se présenter, a été condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité, pour la mort de plusieurs dizaines de manifestants abattus par sa garde présidentielle en 2009, des crimes exclus d'une loi d'amnistie récemment votée. Les autorités malgaches ont averti qu'il serait arrêté à son arrivée s'il rentrait au pays.

Photo : Le président Jacob Zuma (à gauche) et son homologue seychellois James Michel.

Source : AFP

Source L'express.mu

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Face-a-face sur L'Ile Desroches

Post  Sirop14 on Fri Jul 27, 2012 8:00 am

Face-a-face sur L'Ile Desroches

Note: For Many Seychellois and indeed around the world confusion between the Desroches and D'Arros Island we are adding two wikipedia links
http://en.wikipedia.org/wiki/D%27Arros_Island

http://en.wikipedia.org/wiki/Mohammad_Reza_Pahlavi

http://en.wikipedia.org/wiki/Liliane_Bettencourt

http://en.wikipedia.org/wiki/Desroches

Do the South African high parties, SADC and the Madagascar high parties know/aware of the confusion. We had almost contributed that the Shah of Iran first place of exile was there - those from the Pentagon, CIA, White House then - Paris President Francois Mitterrand. Why they sold it and why the L'Oreal Family acquired the place - President FA Rene never dreamt the past would catch up with him - President JA Michel had nothing to do with it.



Le ministère seychellois des Affaires étrangères reconnaît dans un communiqué que "des questions importantes restent à régler" par les acteurs politiques malgaches avant le sommet de la SADC à la mi-août

Dans un communiqué relatif à la rencontre entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana aux Seychelles, le ministère seychellois des Affaires étrangères indique que "des quetions importantes restent à régler" avant le sommet de la SADC prévue à a mi-août. Il a ainsi été convenu qu'une autre réunion était nécessaire, poursuit le communiqué "afin de s'assurer que l'élan en faveur d'une solution a été mintenue".

Malgré l'absence d'accord, le gouvernement seychellois estime que la rencontre s'est achevée sur une "note positive".

Source: LexpressMada 7-26-12

Source Seychelles enews

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Seychelles proud to have hosted historic meeting on Madagascar

Post  Sirop14 on Fri Jul 27, 2012 8:32 am



Seychelles is proud to have hosted a landmark meeting on Madagascar which has brought together key regional stakeholders in order to boost efforts to resolve the ongoing crisis on this Indian Ocean island.

The two Malagasy leaders – Andry Rajoelina (left) and Marc Ravalomanana (right) – during their meeting on Desroches in the presence of President James Michel

A meeting was held in the peaceful and serene environment of Desroches Island on Tuesday and Wednesday which for the first time since the adoption of the roadmap on Madagascar last year, brought together the President of the Transitional Authority of Madagascar, Andry Rajoelina, and former President Marc Ravalomanana.

This meeting, hosted by Seychelles under the aegis of the Southern African Development Community (SADC) saw the two Malagasy rivals shake hands, after being welcomed by President James Michel on Desroches and having two hours of tête-à-tête talks on Tuesday before continuing in-depth discussions on Wednesday.

“Having the two leaders meet for the first time this way is a breakthrough towards resolving this crisis and we look forward to the follow-up meeting in the next SADC summit in mid- August, which will build on these discussions on Desroches,” said President Michel in a statement.

The meeting was chaired by South African President Jacob Zuma as current chair of the SADC Troika on Politics, Defence and Security and his delegation included Marius Fransman, Deputy Minister, International Relations and Cooperation and special envoy for Madagascar.

The SADC roadmap endorsed by 10 of the 11 stakeholders in Madagascar provides among others the setting up of an all-party senate and a calendar for elections within a year.

Mr Fransman joined the Minister for Foreign Affairs, Jean-Paul Adam, as chair of the Indian Ocean Commission, yesterday afternoon to brief the press on the Desroches meeting.

They said that the meeting of the two Malagasy leaders in a tête-à-tête -- with President Michel and later on their own -- to negotiate a solution to the three-year impasse, represents enormous progress.

The two leaders are expected to meet again within 10 days and until then, there will be a lot of footwork by ministers from Seychelles, South Africa and elsewhere.

Messrs Adam and Fransman briefing members of the press on the Desroches meeting

“What we are after is to restore normalcy to Madagascar, to get rid of the economic sanctions, to see foreign investment flowing in and for the Malagasy people to get on with their lives,” said Mr Fransman.

He said that playing host to the two Malagasy leaders, President Michel has made an enormous contribution, as Seychelles was seen to be playing an impartial, but constructive role to defuse the crisis.

“He made a plea to them to think about the negative impact of the three-year crisis on the Malagasy people and he got their trust. This showed because they came freely to the meeting on Desroches,” said Mr Fransman.

He added that there is still a long way to go and what is expected of the two leaders.
Mr Adam said it is obvious that enormous strides have been made and with a bit more time, more compromise can be achieved.

He added that solving the political crisis in Madagascar is also about solving the bottlenecks in regional trade, not least the high cost of extra-regional trade for our island economies.

“Bringing political stability to Madagascar, which has such rich agricultural and mining potential, means turning the islands of the south-west Indian Ocean into a more prosperous zone,” said Mr Adam.

What are left outstanding are such issues as the right of return to Madagascar for former President Ravalomanana and the question of amnesty since he has already been sentenced to life imprisonment by a Malagasy court, the authority of which he does not recognise.

On the tête-à-tête talks, it is reported that there was no animosity at all, but good engagement.

It is hoped that nobody will fall back into a hardline position. On the contrary, it is hoped that if necessary, they will both be willing to sacrifice their political ambitions for the greater good of the Malagasy people.

At the same press conference, Mr Adam also noted that President Michel had also used the opportunity to follow up on talks he had already had with President Zuma at the recent African Union (AU) summit in Addis Ababa.

This focussed on expanding trade by way of Durban and other South African ports and tourism.

http://www.nation.sc/index.php?art=28261

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

On the margins of the Madagascar talks

Post  Sirop14 on Fri Jul 27, 2012 8:33 am



Presidents Michel and Zuma hold bilateral talks

President James Michel and his South African counterpart, President Jacob Zuma, have held bilateral discussions on the margins of the Madagascar talks held on Desroches Island on Wednesday.

President Michel welcomes President Zuma at the Pointe Larue International Airport on Mahe, before flying to Desroches to attend the Madagascar talks

President Michel welcomed President Zuma to Mahe on Wednesday morning and then accompanied him to Desroches Island where in-depth consultations have been underway to find an end to the impasse in Madagascar in relation to the implementation of the SADC (Southern African Development Community) roadmap.

The two presidents met briefly to discuss deepening cooperation between Seychelles and South Africa, both on bilateral and regional security issues, as well as to follow-up on issues discussed at their last meeting in Addis Ababa, on the margins of the recently concluded African Union Summit.

President Michel thanked President Zuma for his dynamic and unswerving leadership within SADC as the head of the SADC Troika on Politics, Defence, and Security, and for his support and commitment to the Madagascar talks being held in Seychelles.

President Zuma in return thanked President Michel for the exemplary work done in order to host the historic talks between the Malagasy political leadership in Seychelles, recognising their shared commitment to bringing stability to Madagascar and the region.

In addition, the South African President thanked Seychelles for its role in the Indian Ocean Commission (IOC) and for the organisations' commitment to the SADC Roadmap for Madagascar.

The two leaders also touched on key areas of bilateral cooperation and having reaffirmed their commitment to the blue economy and developing a maritime partnership, President Michel emphasised the need to ensure that the Indian Ocean continues to grow as a space conducive for development, not just for the neighbouring Small Island States but for the region as a whole.

The potential for enhancing educational exchanges and links, particularly in the light of both countries membership of the SADC Protocol on Education, was also raised and it was felt that a lot could be achieved in this sector.

The two heads of State also discussed their growing partnership in the tourism sector, and ways in which this partnership may be further enhanced and boosted.

http://www.nation.sc/index.php?art=28259

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

President explains Seychelles’ role in efforts to solve Madagascar crisis

Post  Sirop14 on Mon Jul 30, 2012 12:04 pm



President James Michel has explained Seychelles’ role in boosting efforts to find a solution to the political crisis in Madagascar.

In the En Moman avek Prezidan programme on SBC yesterday evening, Mr Michel talked about the meeting he hosted last week on Desroches Island between the two Malagasy leaders – the President of the Transitional Authority of Madagascar Andry Rajoelina and former President Marc Ravalomanana.

Seychelles, as president of the Indian Ocean Commission (IOC), hosted the meeting to boost effort to find a solution to the Malagasy political stalemate but it was SADC (Southern African Development Community) which assumed the leadership role in the talks.

Mr Michel explained that SADC, is a regional block of 15 members including Madagascar, Mauritius and Seychelles which are also members of the IOC, a sub-regional organisation of only five members, thus the difference in power the two bodies exert.

He noted that since the beginning of the crisis the international community had asked SADC to take a leadership role in efforts to defuse the crisis and the IOC has provided its backing and support.

But in spite of all the negotiations through the troika SADC had set up, Mr Michel explained that not much has been achieved even though there was an accord in Maputo, but instead the situation is getting worse.

He pointed out that when an important partner in a regional organisation is in difficulty, this has an impact not only on the organisation but it also affects the region as a whole.

“Therefore in view of the persisting stalemate I see it as my duty as president of the IOC and Seychelles’ head of state to adopt a proactive role in helping effort to find a solution to the crisis. This is when I offered Seychelles as neutral grounds for the two Malagasy leaders to meet and try and find a solution for the stalemate in their country,” Mr Michel said.

But he noted that he could not have done that alone because the SADC troika had already conducted previous talks and that is why South African President Jacob Zuma, who also chairs the troika, had been invited to chair the Desroches talks, Mr Michel said.

He stressed that SADC and IOC are working together to try and find a solution to the Madagascar crisis.

Mr Michel said progress has been achieved during the talks which saw the two leaders meet, shake hands and start talking.

“Progress has been achieved because thing are moving now and countries of the region, the regional bodies and the international community have all welcomed Seychelles’ initiative to help resolve the crisis,” he noted.

He added that the two Malagasy leaders had agreed to meet here because they see Seychelles as a friendly and neutral country.

Seychelles Nation

Sirop14

Posts : 5992
Join date : 2008-06-02

View user profile

Back to top Go down

Re: Jean Claude de l’Estrac : « l’Indianocéanie doit peser dans les affaires du monde

Post  Sponsored content


Sponsored content


Back to top Go down

View previous topic View next topic Back to top

- Similar topics

 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum